Les Indiens d'Amazonie vont-ils déterrer la hache de guerre? - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 25/06/2010 à 17h29 par Tanka.


LES INDIENS D'AMAZONIE VONT-ILS DÉTERRER LA HACHE DE GUERRE?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Les Indiens d'Amazonie vont-ils déterrer la hache de guerre?

Le chef indien Raoni s'était dit "prêt à la guerre" pour empêcher la construction d'un barrage en Amazonie. Plus d'un mois après sa tournée européenne, son neveu répond à Youphil.

Les Français ont retenu cette image: un chef indien, paré de plumes invité de l'émission Sept à huit, se disant prêt à la guerre contre un projet de barrage sur les terres de son peuple en Amazonie. C'était en mai.

Le "cacique" des Kayapos, Raoni, réalisait alors une tournée européenne de sensibilisation aux problèmes de son peuple menacé par la construction du barrage Belo Monte, le troisième plus grand au monde, et qui inonderait 500 km2 en Amazonie et occasionnerait le déplacement d'au moins 20.000 personnes.

Soutenu par l'ONG Survival, James Cameron ou Sigourney Weaver, le peuple kayapo est l'ethnie amazonienne la plus médiatisée.

Sa tournée mondiale contre la déforestation, accompagné de Sting qui a créé la Rainforest foundation en 1989, a permis la démarcation du territoire Xingu.

Aujourd'hui, les Kayapos attendent toujours les résultats de la campagne européenne. Megaron Txukarramãe, le neveu de Raoni et le second leader du peuple kayapo répond aux questions de Youphil.

Youphil: Quels sont les dangers du projet du barrage Belo Monte pour les Kayapos?

Megaron Txukarramãe: La vie des Indiens ne sera plus jamais la même après la construction du barrage. Nos terres sont menacées et nous allons souffrir. Nous avons peur qu'elles ne soient recouvertes par les eaux. Nos habitudes et coutumes changeront et pêcher et chasser deviendra plus difficile.

Mais nous ne battons pas que pour nous, se battre contre les barrages c'est aussi protéger la nature, la vie. Nous savons qu'il n'y aura pas un seul barrage mais plusieurs car le gouvernement ment pour obtenir ce qu'il veut.

Youphil: Vous dites que le gouvernement ment. Pouvez-vous nous en dire plus?

Megaron Txukarramãe: La Funai (NDLR: Fondation nationale de l'Indien) a été créée pour garantir des droits aux Indiens sur la délimitation de leurs territoires, sur la conservation de leurs coutumes, sur leur survie. Mais ils n'ont rien fait à ces sujets.

Ils n'expliquent pas quels vont être les dégâts causés par ces constructions. Ils font des études mais donnent de fausses informations sur les conséquences environnementales.

Le gouvernement ne veut pas reconnaitre les droits des Indiens garantis par la constitution de 1988 et par la convention 169 de l'Organisation internationale du travail (NDLR: relative aux peuple indigènes et tribaux).

Selon ces textes, les Indiens auraient dû être consultés au préalable. Ils avaient pourtant promis de nous écouter lors de la campagne présidentielle.

Youphil: Vous avez déclaré "être prêts à la guerre" contre le projet de Belo Monte. Quelles en sont les conséquences?

Megaron Txukarramãe: Les autorités disent qu'elles construiront le barrage à n'importe quel prix. Nous bâtirons donc un village sur le lieu où le barrage sera construit. Si le gouvernement veut en terminer avec les Indiens, il peut le faire. Les Indiens de ce village ne bougeront pas.

Youphil: En mai 2010, le chef Raoni a rencontré Jacques Chirac et d'autres personnalités. Qu'est-ce que cela a apporté aux Kayapos?

Megaron Txukarramãe: J'espère que la venue en France du chef Raoni aura des résultats bénéfiques comme nous l'ont promis les personnes qui l'ont emmené (NDLR: Le voyage européen s'est effectué pour la promotion du livre "Les Mémoires d'un chef indien", écrit par le chef Raoni et Jean-Pierre Dutilleux).

Le "cacique" Raoni a été beaucoup utilisé et maintenant nous attendons un retour. Les personnalités rencontrées ont promis d'aider l'Institut Raoni, de donner des fonds pour que nous puissions réaliser des études afin de délimiter notre territoire.

Nous espérons que Jean-Pierre (NDLR: Jean-Pierre Dutilleux) obtiendra des fonds par cette campagne. Le chef Raoni a donné sa confiance. Il n'a pas été reçu par Nicolas Sarkozy en revanche, donc nous ne pouvons pas savoir si ce dernier nous soutient ou non.

Youphil: Sigourney Weaver ou James Cameron vous soutiennent. Ne craignez-vous pas que cela ait des conséquences négatives, qu'ils vous utilisent pour leur propre image?

Megaron Txukarramãe: Nous ne pensons pas que des gens veuillent faire leur promotion sur le dos du "cacique" Raoni ou sur le dos de notre cause. Faire pire que la construction de ces barrages est impossible. Et, pour dire la vérité, il n'y a pas une aide directe de leur part.

Nous devons faire confiance à ces personnes importantes car nous ne pouvons plus nous fier au gouvernement brésilien. Il est un monstre et le diable qui veut détruire ce que le créateur nous a laissé. C'est pour cela que nous accueillons les gens qui choisissent notre camp, et nous espérons ne jamais le regretter.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

.





Source : www.youphil.com