Les hécatombes d'animaux en série pas si mystérieuses? - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/01/2011 à 00h13 par Mich.


LES HÉCATOMBES D'ANIMAUX EN SÉRIE PAS SI MYSTÉRIEUSES?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Les hécatombes d'animaux en série pas si mystérieuses?

Plusieurs cas de poissons ou d'oiseaux morts par milliers à travers le monde ont été recensés depuis le 1er janvier. Les causes de ces décès ne sont pas toujours claires, mais les explications rationnelles ne manquent pas.

Depuis quelques jours, les annonces tonitruantes de morts massives d'animaux agitent les médias. Cinq mille oiseaux tombés du ciel dans l'Arkansas, deux millions de poissons morts dans la baie de Chesapeake dans l'Etat du Maryland, des milliers de poissons échoués, éborgnés, dans les villes portuaires du Brésil, 40.000 crabes entassés sur les plages de Grande-Bretagne, quelques dizaines d'oiseaux retrouvés morts en Suède ou au Japon, etc.

Des événements souvent impressionnants qui suscitent les hypothèses les plus farfelues sur les blogs et les forums de discussion. Certains prétendent que l'armée américaine procède à des tests de rayons énergétiques émis depuis l'espace ; d'autres pensent que la Nasa a essayé un générateur sonore mis au point pour repousser les invasions extra-terrestres ; les plus religieux annoncent quant à eux la fin du monde à grand coup de citations bibliques.

La plupart de ces hécatombes, et l'emballement qui les accompagne, est pourtant explicable de manière rationnelle.

Tout commence dans la nuit du 31 décembre, quand une pluie de 5000 oiseaux morts s'abat sur une petite ville de l'Arkansas. L'histoire de la mort massive, subite et inexpliquée de ces carouges à épaulettes fait rapidement le tour du monde. Parallèlement, plus de 80.000 poissons sont retrouvés morts en quelques jours dans une rivière voisine.

Les deux événements ne sont pas liés, comme le souligne très vite la Commission sur la chasse et la pêche de l'Arkansas, mais l'association des deux images apocalyptiques fait son chemin sur le web.

Des événements distincts

Quelques jours plus tard, ce sont 500 oiseaux qui sont retrouvés sans vie dans une paroisse - l'équivalent français d'un département - de l'Etat voisin de Louisiane.

L'événement est beaucoup moins dramatique en nombre, se déroule sur une surface bien plus grande, mais cette nouvelle vague morbide nourrit un peu plus l'incrédulité des catastrophistes et autres adeptes des théories du complot.

Il faut reconnaître que la coïncidence des trois événements dans une région géographique assez restreinte est troublante. Mais elle n'a rien de surnaturel.

Les scientifiques expliquent vite que la «pluie arkansienne» est probablement liée aux tirs de feux d'artifice de la Saint-Sylvestre. Une brusque détonation au milieu d'une nuée de ces oiseaux très sensibles au bruit, expliquerait leur mort brutale et simultanée en plein vol.

L'association de protection de la nature, Natagora, évoque l'hypothèse des tornades qui ont touché le Missouri, l'Arkansas et la Louisiane le 31. Celles-ci pourraient d'ailleurs avoir tuées les 500 oiseaux retrouvés en Louisiane.

Quant aux poissons, ils ont probablement été foudroyés par une maladie puisqu'une seule espèce a été touchée. Les résultats des analyses, qui prendront encore un mois, permettront de confirmer ce scénario.

Les morts massives assez fréquentes

Kristen Schuler, du Centre national pour la faune de l'Institut de géophysique américain (USGS), ne voit d'ailleurs «rien d'apocalyptique» dans ces phénomènes.

Les statistiques de l'USGS regorgent de ce type d'événements: en moyenne, 163 phénomènes similaires sont rapportés chaque année aux Etats-Unis.

Ce qui n'empêche pas une carte réalisée par un internaute et recensant les hécatombes rapportées par la presse dans le monde entier ces deux derniers mois de circuler de manière virale sur Internet. En dehors des cas déjà mentionnés, les plus impressionnants événements recensés sont pourtant imputables... au froid.

Pas si mystérieux pour les biologistes habitués à ce type de morts massives.

La célèbre «pluie de l'Arkansas» a donc tout simplement provoqué un effet boule de neige médiatique sans que les différents événements ne soient liés entre eux.

Robert Thomson, professeur de «pop culture» à l'université de Syracuse, l'explique bien : «En 1960, quand des oiseaux se mettaient à tomber du ciel, c'était peut-être noté par quelques personnes et repris dans le journal local, mais cela n'allait pas plus loin.

Aujourd'hui, certaines de ces histoires, du fait qu'elles apparaissent sur internet, font tout de suite les titres de la presse nationale si elles sont spectaculaires». Piqués, les curieux n'ont alors aucun mal à trouver des histoires similaires par dizaines dans la masse d'informations disponible sur le net. Au risque d'alimenter les fantasmes les plus délirants.

Autre article : Oiseaux et poissons morts, un début d'explication?

Le site insolent qui dérange même les anges!





Auteur : Tristan Vey/Le Figaro

Source : www.lefigaro.fr