Les glaciers chinois sont menacés d'un grave rétrécissement - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 10/10/2010 à 01h07 par Tanka.


LES GLACIERS CHINOIS SONT MENACÉS D'UN GRAVE RÉTRÉCISSEMENT

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Les glaciers chinois sont menacés d'un grave rétrécissement

La surface moyenne des glaciers de l'Ouest de la Chine pourrait rétrécir de 30% d'ici 2050 du fait du réchauffement global, affectant la production agricole et aggravant les sécheresses.

Ces terribles prédictions ont été révélées vendredi dans un rapport publié lors des discussions sur le climat de l'ONU, qui se sont tenues dans la Municipalité de Tianjin, dans le Nord de la Chine.

Ce rapport intitulé « Changement climatique et pauvreté – Etude de cas en Chine » a été publié conjointement par plusieurs organisations dont l'Institut de l'Environnement et du Développement Social et Durable en Agriculture, de l'Académie Chinoise des Sciences Agricoles.

Les prévisions des schémas de rétrécissement des glaciers, des températures estivales et des précipitations montrent que l'étendue moyenne des glaciers dans la Chine de l'Ouest pourrait se réduire de 27,2% d'ici 2050, d'après le rapport.

Les glaciers océaniques, affectés par des flux d'air humide venant des océans, rétréciraient de 52,5%, et les glaciers continentaux d'Asie, formés dans un climat continental, rétréciraient quant à eux de 24,4%.

Les glaciers constituent une partie du paysage des hautes régions montagneuses de la Chine de l'Ouest, sur le Plateau Qinghai-Tibet, le Plateau du Pamir et la Chaîne de l'Himalaya.

Le rapport a également averti que le réchauffement global réduirait la période des chutes de neige saisonnières, tandis que la zone de fonte serait plus élévée, le tout contribuant à ce fort déclin.

Le volume de glace baisserait de manière substantielle et le ruissellement de l'eau vers les rivières chuterait fortement.

Qui plus est, le changement climatique non seulement n'allègerait pas la pénurie d'eau dans le Nord-Ouest de la Chine, mais réduirait aussi l'écoulement des eaux des rivières de 20 à 40% dans la Région Autonome Hui du Ningxia, dans les Provinces du Gansu et du Qinghai et dans la Région Autonome Ouighour du Xinjiang.

D'après le rapport, 697 000 km carrés sont actuellement touchés par une sécheresse extrême en Chine, et 2,98 autres millions de km carrés sont touchés par la sécheresse, ce qui au total représente 38,3% de la superficie totale du pays. Une hausse de 4 degrés Celsius des températures ferait augmenter cette zone touchée par la sécheresse de 843 000 autres km carrés.

Mais le rétrécissement des glaciers aurait aussi des conséquences sur le secteur de l'agriculture en Chine.

Le rapport avertit en effet que la capacité de production agricole générale baisserait de 5 à 10% d'ici 2030 du fait du réchauffement climatique, particulièrement s'agissant du blé, du riz et du maïs, et l'impact serait encore plus grand après 2050.

Le gouvernement chinois attache de l'importance à résoudre les problèmes causés par le changement climatique et a pris des mesures efficaces pour en atténuer les impacts négatifs, a dit vendredi, lors des discussions sur le climat, Sun Cuihua, fonctionnaire à la Commission Nationale du Développement et de la Réforme.

A la fin de l'année dernière, le gouvernement a annoncé ses plans visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 à 45% par unité de PIB d'ici 2020, en prenant comme base les niveaux de 2005.

En dehors de cet objectif, le gouvernement a accéléré la fermeture des capacités de production dépassées, à qui l'on reproche d'être polluantes et d'entraver la modernisation de l'industrie.

Après trois séries de discussions cette année, qui s'orientent doucement vers un texte de négociation pour la Réunion de Cancun au Mexique à la fin de cette année, plus de 3 000 délégués de 194 pays se sont rassemblés à Tianjin entre le 4 et le 9 octobre afin d'accélérer la recherche d'un terrain d'entente commun.

Cependant, le fossé entre les pays développés et les pays en développement reste large, car les premiers restent très prudents, s'agissant des transferts de technologies vertes et de financements additionnels en faveur des nations les plus pauvres.

Etat de santé réel de la planète





Auteur : le Quotidien du Peuple en ligne

Source : french.peopledaily.com.cn