Les glaces arctiques fondent vite... trop vite ! - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 18/09/2011 à 03h52 par Kannie.


LES GLACES ARCTIQUES FONDENT VITE... TROP VITE !

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les glaces arctiques fondent vite... trop vite !

 

Cela fait déjà plusieurs années que les scientifiques observent d'un oeil inquiet les glaces de l'Arctique, constatant un rétrécissement de surface inquiétant. Mais ces derniers temps, la fonte des glaces arctiques semble s'accélérer.

L'étendue des glaces de l'Arctique a atteint sa plus petite surface

Samedi 10 septembre, plusieurs scientifiques allemands de l'Institut de physique environnementale de l'Université de Brême ont annoncé que le jeudi 8 septembre 2011, les glaces du Pôle Nord constituaient une surface de 4.24 millions de km², la plus petite surface observée depuis 1972.

Une nouvelle inquiétante pour les scientifiques qui voient l'étendue de glace arctique perdre peu à peu de son importance avec le temps, la faute au réchauffement climatique pour certains scientifiques.

En effet, les chercheurs voient en ce triste record la concrétisation des effets négatifs des activités des hommes, dont on parle sans cesse sans réellement évoquer les conséquences.

George Heygster, le responsable du département de télédétection de l'Institut de Brême explique ainsi à l'AFP : « Le recul de la glace de mer ne peut plus être expliqué par la variabilité naturelle d'une année sur l'autre [...] Les modèles climatiques montrent plutôt que ce recul est lié au réchauffement climatique particulièrement prononcé en Arctique du fait de l'albédo » (albédo : fraction de l'énergie solaire réfléchie vers l'espace).

Le Pôle Nord semble d'ailleurs concentrer les conséquences du réchauffement climatique, puisqu'en Arctique ces cinquante dernières années, la température a augmenté deux fois plus vite que dans le monde en général.

 


 

Les conséquences de la fonte des glaces

La fonte des glaces a donc atteint son plus bas niveau enregistré. Mais quelles sont les conséquences de cette information ?

La biodiversité

Du point de vue de la biodiversité, il faut savoir que si le Pôle Nord nous semble être un endroit hostile pour y vivre, même si certaines populations y évoluent, de nombreuses espèces végétales et animales y habitent comme l'ours polaire qui voit la banquise se fractionner plus facilement, et son habitat naturel réduit du fait de la fonte des glaces. De plus, le réchauffement du Pôle Nord a également pour conséquence de perturber les écosystèmes du lieu et donc des espèces qui y vivent.

 

Voir le post "Ours polaire : nager pour survivre"

 

De plus, si le réchauffement climatique réchauffe les eaux du Pôle Nord, c'est aussi le cas dans les mers et océans du monde entier. Les espèces qui y vivent doivent alors s'adapter, changer de lieu d'habitat, ou ne pas survivre au réchauffement climatique.

La montée du niveau des mers et océans

Certains pays sont très dépendants du niveau de la mer. Cela peut-être le cas de régions côtières, situées en dessous du niveau de la mer, où déjà très « envahies » par l'eau comme Venise.

 


 

Si le niveau de la mer augmente, certaines villes, certains pays pourraient disparaitre. C'est en tout cas ce que prévoient certains scientifiques en prenant en compte les données disponibles à ce jour et le rythme du réchauffement climatique ces dernières années.

L'augmentation du niveau des mers et océans pourrait bien faire que l'eau grappille des territoires de terre ferme au fur et à mesure des années, une nouvelle inquiétante lorsque l'on sait que la population moyenne globale est amenée à encore augmenter dans le futur.

Un climat déréglé

Certains d'entre vous ont déjà pu se poser la question de l'impact du réchauffement climatique sur la météo cet été, en observant un ciel et en subissant des températures peu familières à la saison estivale.

Aujourd'hui, le climat semble devenu fou, et les régimes de précipitations et sécheresse déréglés, provoquant alors des inondations dans certaines parties du globe, et l'impossibilité de cultiver dans d'autres.

De plus, avec le réchauffement climatique, les événements climatiques extrêmes comme les grosses tempêtes, les cyclones... se multiplient et redoublent d'intensité.

N'en déplaise aux climato-sceptiques, le réchauffement climatique a bel et bien des conséquences désastreuses sur l'environnement en perturbant les écosystèmes, le climat en impactant sur les régimes d'ensoleillement et sécheresse, et sur la viabilité de certaines zones de terre ferme du fait de la montée des eaux.

L'annonce des scientifiques qui expliquent que le Pôle Nord n'a jamais atteint une si petite surface est un nouveau signal d'alerte qui doit pousser chacun de nous à prendre conscience qu'il est plus que temps de réagir.

 

Un article publié par consoglobe.com

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : consoGlobe

Source : www.consoglobe.com