Les gènes de skippy - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 19/08/2011 à 18h51 par Mich.


LES GÈNES DE SKIPPY

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les gènes de skippy

 

C'est le Macropus eugenii, ou wallaby de l'île Eugène, dont le génome a été séquencé. Vivant dans le sud et l'ouest de l'Australie, cet herbivore est le plus petit des kangourous, il mesure environ 60 cm de haut, a une queue de 40 cm et pèse de 4 à 9 kg. Son pelage gris foncé sur le dos vire au roux sur les côtés pour devenir gris pâle sur le ventre.

Dans la revue Genome Biology, l'équipe internationale qui a effectué ces travaux signalent la découverte de 1500 gènes dédiés à l'odorat qui expliquent certainement son excellent nez ainsi qu'un certain nombre de gènes responsables de la synthèse d'antibiotiques dans le lait des femelles. De quoi peut-être « mettre au point de futurs traitements pour les maladies humaines » poursuit Marilyn Renfree de l'Université de Melbourne.

Plus généralement, le décryptage du génome de ce kangourou va permettre de mieux comprendre l'évolution des mammifères. Les ancêtres des kangourous se sont en effet séparé des autres mammifères il y a environ 130 millions d'années, les chercheurs espèrent que l'ADN du Macropus puisse être en quelque sorte une sorte de « fossile » de l'espèce à l'origine des mammifères dont sont issus les humains.

Pour comprendre ce cheminement évolutif mieux, la séquence du génome est complété par la séquence du transcriptome, qui représente un catalogue des gènes effectivement activés à différents stades du cycle de vie et dans différentes parties du le corps.

 

Un article de J.I., publié par sciencesetavenir.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : J.I.

Source : www.sciencesetavenir.fr