Images: Darmanin veut modifier l'article 24 de la Loi du 29 juillet 1881 sur la Liberté de la Presse

Les espèces menacées : tous concernés ! - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 31/08/2011 à 23h43 par Kannie.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Les espèces menacées : tous concernés !

 

La biodiversité, c'est-à-dire la diversité des gènes, des espèces et des écosystèmes connaît une érosion sans précédent. Actuellement, plus de 16.000 espèces animales et végétales sont menacées d'extinction.

Ainsi, les espèces disparaissent à un rythme mille fois supérieur au taux d'extinction naturel et cette crise sans précédent est due à l'activité directe ou indirecte des hommes.

En Europe, 42 % des mammifères, 15 % des oiseaux et 52 % des poissons d'eau douce sont menacés. Par ailleurs, près de 1000 espèces de végétaux sont gravement menacées ou sur le point de disparaître.

Interpellant, non ? Voici donc un dossier pour en savoir plus :

qu'est-ce qu'une espèce menacée ?
quelles sont les espèces en danger ?
pourquoi ce déclin ?
que peut-on faire ?
protège-t-on davantage les animaux les plus beaux ?
quelques bonnes nouvelles
et l'avenir ?
liens utiles

Que considère-t-on comme une espèce menacée ?

En biologie et écologie, une espèce est déclarée menacée si elle répond à des critères précis. Ces critères, généralement établis ou validés par l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), permettent d'affiner le risque d'extinction de l'espèce (actuel, à court et moyen terme) et de lui attribuer un statut de conservation et parfois de protection (espèce protégée).

Les neuf catégories

Avec ce système, chaque espèce ou sous-espèce peut être classée dans l'une des neuf catégories suivantes : éteinte, éteinte à l'état sauvage, en danger critique d'extinction, en danger, vulnérable, quasi menacée, préoccupation menacée, données insuffisantes ou non évaluée.

La Liste rouge permet de répondre à des questions essentielles, telles que :

Dans quelle mesure telle espèce est-elle menacée ? Par quoi telle ou telle espèce est-elle menacée ? Combien y a-t-il d'espèces menacées dans telle région du monde ? Combien a-t-on dénombré de disparitions d'espèces ?

Objectif de cette liste ?

Mobiliser l'attention du public et des responsables politiques sur l'urgence et l'étendue des problèmes de conservation, ainsi qu'inciter la communauté internationale à agir en vue de limiter le taux d'extinction des espèces.

Quelles sont les espèces les plus menacées ?

Un mammifère sur quatre est menacé et pourrait s'éteindre dans un futur proche. Comme un oiseau sur huit, un requin sur cinq, un conifère sur quatre et un amphibien sur trois...

La faune marine n'est pas épargnée : les poissons d'eau douce sont en tête de la liste des extinctions à cause de la pollution, de la pêche, de l'exploitation humaine des lacs et des rivières.

En Afrique de l'Est, les effets de l'activité humaine sur les milieux d'eau douce menacent un poisson sur quatre. Les conséquences sont graves : dans des pays tels que le Malawi, 70 % des protéines animales consommées proviennent de poissons d'eau douce. Outre l'importance alimentaire, les écosystèmes d'eau douce sont également essentiels pour la fourniture d'eau potable propre et l'assainissement.

Quelques espèces menacées

Le panda géant, le gorille, le bonobo, le chimpanzé, l'orang-outan, le tigre, le rhinocéros, le thon, la baleine, la tortue marine... L'ours polaire et l'hippopotame ont récemment également fait leur apparition dans la Liste rouge.

Quelles espèces faut-il protéger ?

Chacun s'accorde à dire qu'il faut concentrer ses efforts sur certaines espèces qui sont importantes pour leur écosystème, notamment celles qui : forment un maillon important de la chaîne alimentaire ; participent à la stabilisation ou la régénération des habitats ; nécessitent des besoins de conservation important

ou, pour les hommes, comme les espèces : importantes pour la santé ou la survie des communautés locales ; exploitées commercialement ; présentant une importance culturelle majeure.

Quelles sont les causes du déclin de toutes ces espèces ?

Les activités humaines sont de près ou de loin liées à ce déclin. La surexploitation -que ce soit par la récolte, la chasse, la pêche ou le commerce- est bien entendu à épingler. En Europe, c'est plus particulièrement la destruction et la fragmentation des habitats, l'introduction d'espèces exotiques envahissantes, les changements climatiques, la pollution et le gaspillage qui sont les principales causes de disparition.

Petit exemple évocateur en Asie : la disparition des ramis, arbres tropicaux de Malaisie et d'Indonésie utilisés pour la fabrication de queues de billard, nuit à l'équilibre naturel des tigres et des orangs-outangs !

Dans certains pays d'Afrique touchés par les conflits régionaux et l'instabilité politique, les populations connaissent d'importantes difficultés et l'impact sur la faune sauvage y est dévastateur.

Quelles sont les actions menées pour enrayer ce phénomène ? Quelques exemples au niveau politique

Pour protéger la biodiversité et lutter contre l'extinction des espèces animales et végétales, l'Union européenne a créé un vaste réseau de sites protégés : le réseau Natura 2000. Plusieurs Règlements européens ont vu le jour avec le même objectif.

Au Costa Rica, le gouvernement a également mis au point une politique exemplaire de protection de la biodiversité : 25 % du territoire est classé en parc national, réserve ou zone protégée...

Autre exemple : en France, la loi du 10/07/1976 protège déjà certaines espèces menacées. Elle en interdit la capture, la vente et l'achat et même la perturbation intentionnelle.

La CITES, Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction, est un accord intergouvernemental signé le 3 mars 1973 à Washington. Son objectif est de protéger les espèces animales et végétales menacées d'extinction par les échanges internationaux en contrôlant le commerce. Elle est aussi connue sous le nom de «Convention de Washington». Sa mission ? Garantir que le commerce international des espèces (animaux et plantes vivants ou morts) menacées, ainsi que des produits dérivés, ne nuise pas à la conservation de la biodiversité et repose sur une utilisation durable des espèces sauvages.

Quelques organisations non gouvernementales

L'UICN appelle la communauté internationale à protéger davantage la biodiversité, notamment en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et en élaborant des règles plus strictes de contrôle de la pêche et de la chasse.

 

(...)

 

Pour lire la suite, cliquer sur Source ou Lien utile

 

Un article publié par Terre En Commun.be

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Auteur : Terre En Commun

Source : www.terreencommun.be

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Kannie
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.