Les enjeux stratégiques de l'exploitation des gaz de schiste - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 08/08/2011 à 22h07 par Fred.


LES ENJEUX STRATÉGIQUES DE L'EXPLOITATION DES GAZ DE SCHISTE

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les enjeux stratégiques de l'exploitation des gaz de schiste

 
La révolution des gaz de schiste démontre bien comment une innovation peut avoir des répercutions mondiales et remettre en cause l'ordre économique d'un secteur énergétique.

En déboursant 41 milliards de dollars l'année dernière pour le rachat de XTO, l'entreprise spécialisée dans l'exploitation des gaz de schiste, Exxon Mobil a mis en exergue tout l'intérêt pour cette source d'énergie. En plus du numéro un mondial du pétrole, de Total à BP en passant Shell, toutes les majors pétrolières rachètent ou prennent des positions importantes dans les PME qui exploitent les « schales gas ». Malgré leur important budget de R&D, les grands groupes ne sont pas à l'origine du saut technologique qui est en passe de redéfinir les frontières du business mondial du gaz et des autres sources d'énergie.

D'après l'IFP Energies nouvelles, les réserves mondiales de gaz sont estimées à 175 Tm3 (mille milliards de mètres cubes). Il s'agit d'environ 60 ans de consommation. Et les réserves des nouvelles découvertes sont estimées à 261 Tm3.

Pour l'avenir, il faudra surtout compter sur les immenses réserves de gaz non conventionnels (gaz de schiste, gaz de réservoir compact et gaz de houille). « Sur la base d'un taux de récupération de 15 à 20%, les réserves prouvées atteignent 170 000 milliards de m3 dans le monde. Cela revient à doubler les réserves de gaz », observe Guy Maisonnier de l'IFP Energies nouvelles, cité par Enjeux Les Echos de septembre 2010.

Exploitation des gaz de schiste et problèmes environnementaux

Par contre, l'exploitation des gaz de schiste emprisonnés dans la roche n'est pas simple. Les start-up, qui ont volé la vedette aux majors qui les rachètent aujourd'hui, ont innové pour y arriver. Après avoir creusé des puits horizontaux, il faut injecter sous pression de grandes quantités d'eau dans les réservoirs pour fracturer la roche et libérer le gaz. L'avantage du process est son coût très bas par rapport à celui des méthodes conventionnelles. Selon les gisements, il est compris entre 4 et 6 dollars/MBtu.

L'inconvénient de cette technique est qu'il faut multiplier les zones de forage. En plus de l'impact sur le paysage, ce sont les conséquences environnementales qui font l'objet de toutes les critiques en Occident, et notamment en France où les associations bataillent fermement pour l'interdiction de l'exploitation des gaz de schiste. La pression des ONG est fondée.

En effet, pour éviter l'obstruction des fractures, des produits chimiques sont mélangés à l'eau qui est injectée sous pression dans les failles. Le problème est le traitement et l'élimination de cette eau polluée qui s'infiltre dans la nappe phréatique.

Si les raisons écologiques sont principalement évoquées pour un refus des gaz de schiste en France, au Canada la polémique se concentre plutôt sur les fuites. Même si le ministre des Ressources naturelles et de la Faune du Québec évalue à deux milliards de dollars d'importations d'hydrocarbures les économies réalisables par la province, les associations d'utilisateurs ont récemment demandé un moratoire sur l'exploration des gaz de schiste. Cette requête fait suite à une enquête du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) indiquant que des fuites de gaz ont été identifiées dans onze sites sur les trente et un puits en exploitation au Québec.

En France, même si elle est symbolique, les écologistes viennent également de remporter une première bataille législative. En attendant le vote par le Sénat, l'Assemblée nationale vient d'adopter une proposition de loi imposant des restrictions pour l'exploitation des gaz de schistes dans l'Hexagone. Ainsi la fracturation hydraulique est désormais interdite. Les industriels sont dés lors contraints de publier les techniques utilisées et envisagées.

Ceux qui auraient recours à la fracturation hydraulique sans autorisation administrative risquent une peine d'un an d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende. Dans un contexte de flambée des cours des énergies fossiles qui aggrave les déficits dans les pays importateurs, la véritable question est de savoir combien de temps les pays riches en gaz de schistes comme la France vont résister à la tentation de l'exploiter ?

La possible indépendance énergétique des USA perturbe le marché du gaz

En 2009, les Etats-Unis sont devenus autosuffisants grâce aux gaz non conventionnels. Ils ont, par la même occasion, arraché le titre de premier producteur mondial de gaz à la Russie... Et c'est toute la planète énergie qui s'affole. Face à la flambée des cours des énergies et aux risques géopolitiques dans les pays producteurs, les autorités américaines ont favorisé et encouragé dès 2006 l'exploration des gaz non conventionnels.

Stratégie payante puisqu'en moins de cinq ans la consommation de gaz de schiste représente 50% de la demande nationale. Dans ce pays très vorace en énergie, la production de gaz non conventionnels est passée de 45% (environ 300 Gm3) en 2008 à 59% en 2009.

Les perspectives pour les années à venir sont très prometteuses. « Les gaz non conventionnels (gaz de schiste, gaz de réservoir compact et gaz de houille) devraient représenter 64% en 2020, contre 42% en 2007 », selon un consultant ICF cité par Le Figaro le 31 mai 2010.

(...)

Les conséquences pour l'Afrique

(...)

Suspension en Afrique du Sud

(...)

Intérêt algérien

(...)
 

Pour lire la totalité de l'article, cliquer sur Source ou Lien utile

 

Un article de Thierry Téné, directeur A2D Conseil, publié par agenceecofin.com

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Thierry Téné

Source : www.agenceecofin.com