Les énergies marines veulent déferler sur l'Europe - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/06/2010 à 22h16 par Frederic.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les énergies marines veulent déferler sur l'Europe

L'Europe pourrait disposer d'une capacité installée en énergies marines de 3,6 GW en 2020, selon les projections de l'European Ocean Energy Association (EU-OEA).

Ce chiffre, plutôt ambitieux, arrive alors que le secteur émerge tout juste entre les premières solutions commerciales d'un côté et l'approfondissement de la R&D de l'autre.

D'après la feuille de route publiée par l'UE-OEA, cette puissance pourrait ensuite atteindre 188 GW à l'horizon 2050 et représenter 15% du mix énergétique européen.

Le marché des énergies marines suivrait ainsi la même courbe de croissance que celle de l'énergie éolienne offshore et onshore.

Tout en prônant l'instauration d'une initiative industrielle européenne en la matière, l'UE-OEA souligne les actions à mettre en oeuvre pour soutenir le développement commercial des différents systèmes et la mise en place d'une véritable filière industrielle.

Les approches sont multiples et liées aux différentes ressources énergétiques disponibles : vagues, marées, courants marins, énergie thermique des mers et énergie osmotique (par gradient de salinité).

Des objectifs ambitieux ?

Selon les travaux présentés, l'Europe pourrait produire annuellement 9 TWh d'énergie marine dès 2020 et créée 40.000 emplois directs et indirects dans le secteur.

Ce développement nécessiterait un investissement estimé autour de 8,5 milliards d'euros.

Si les conditions sont réunies, l'Europe pourrait ensuite disposer de 188 GW de capacités installées en 2050, produisant 645 TWh d'énergie annuelle, soit l'équivalent de la production de 100 centrales nucléaires, estime le rapport.

Mais cela aurait un prix élevé : environ 451 milliards d'euros d'investissements...

A l'horizon 2020, les projections semblent plutôt ambitieuses alors que les capacités installées en Europe sont aujourd'hui dérisoires, au stade principalement des démonstrateurs.

La majorité des sociétés présentes, souvent en quête de financement ou épaulées par des énergéticiens, sont au stade pré-industriel.

Mais l'Europe a des atouts géographiques puisqu'elle dispose de trois gisements importants : la façade Atlantique, la Méditerranée et le Mer du Nord.

800 MW d'énergie marine en 2020 en France

Le potentiel de croissance du secteur dépendra de plusieurs facteurs, tel que l'accent mis sur les technologies, les soutiens politiques et économiques, les incitations financières, la disponibilité du réseau.

La mise en place d'un partenariat public/privé fort et le développement de coopérations industrielles avec les secteurs offshore éoliens et pétroliers seront aussi deux éléments importants.

Plusieurs pays se sont fixé des objectifs plus ou moins ambitieux à l'horizon 2020 : le gouvernement français a prévu d'installer 800 MW d'énergie marine, le Scottish Marine Energy Group au Royaume-Uni a établi un scénario à 2 GW.

Toujours à l'horizon 2020, le Portugal mise sur 300 MW, l'Irlande et le Danemark sur 500 MW (Voir le rapport "Oceans of Energy: European Ocean Energy Roadmap 2010-2050" sur le site de l'UE-OEA)

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 

Auteur : Alexandre Simonnet

Source : www.latribune.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Frederic
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr