Les El Niño extrêmes pourraient doubler à cause de l'activité humaine - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 16/02/2014 à 21h31 par Exo007.


LES EL NIÑO EXTRÊMES POURRAIENT DOUBLER À CAUSE DE L'ACTIVITÉ HUMAINE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les El Niño extrêmes pourraient doubler à cause de l'activité humaine

Fentes de dessiccation dans un fond de lagune au Pérou après les inondations de 1983 dues à un épisode El Niño extrême. Ces épisodes pourraient être plus fréquents à l'avenir, avec environ un par décennie

 

(...)

Une étude internationale, à laquelle ont participé des chercheurs du Laboratoire d'océanographie et du climat : expérimentations et approches numériques (Locean), évalue pour la première fois l'impact des activités humaines sur l'occurrence des événements climatiques extrêmes dans l'océan Pacifique.

Elle montre ainsi que l'un des effets du réchauffement global pourrait être un doublement de la fréquence des événements El Niño extrêmes au cours du XXIe siècle. Ces résultats sont publiés dans la revue Nature Climate Change le 19 janvier 2014.

Caractérisés par un réchauffement anormal dans le Pacifique Est, les événements El Niño constituent des fluctuations climatiques majeures du climat global.

À la différence des épisodes classiques, les El Niño extrêmes se caractérisent par un déplacement des eaux chaudes et des précipitations qui leur sont associées du Pacifique Ouest jusqu'au Pacifique est, région habituellement froide et sèche.

Ce fut en particulier le cas de l'événement El Niño de 1997-1998, surnommé « événement climatique du siècle », et de celui de 1982-1983.

(...)

 

 

L'augmentation de la fréquence des événements El Niño extrêmes est liée à l'accroissement des gaz à effet de serre.

Les nuances de couleurs indiquent les températures de surface de l'océan moyennes (SST, sea surface temperatures) et les contours noirs indiquent les anomalies. Sous des conditions de réchauffement climatique induit par les gaz à effet de serre, comme sur le schéma (b),

le réchauffement océanique se produit partout, mais à un rythme plus soutenu dans l'est du Pacifique équatorial et diminue les gradients de SST zonaux et méridiens.

Or, plus ils sont importants, moins les zones de convection changent.

Dans le climat futur, les changements dans les zones de convection peuvent donc être facilités par de faibles changements des SST (et donc des gradients de SST, indiqués par un contour noir et par des flèches vertes),
par rapport au climat actuel dans lequel des variations de SST plus importantes sont requises (indiqué par deux contours noirs et les flèches rouges)

 

Pour lire la suite, cliquer ICI

 

Un article de IRD, publié par futura-sciences.com et relayé par SOS-planete

 

Deux nouveaux modules d'actualité : Les JO de Poutine - Méditerranée et gaz sarin

 

 

L'Actualité vraie sur votre mobile du site étrange qui dérange même les anges !

 





Auteur : IRD

Source : www.futura-sciences.com