Les effets du réchauffement climatique, irréversibles... ? - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 23/10/2010 à 09h02 par Fred.


LES EFFETS DU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE, IRRÉVERSIBLES... ?

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les effets du réchauffement climatique, irréversibles... ?


Les changements climatiques dans l'Arctique ont atteint un point de non-retour, estime l'Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA) dans son rapport annuel Arctic Report Card, publié vendredi.

"Le retour aux conditions antérieures dans l'Arctique est presque impossible.

Les températures record enregistrées dans l'Arctique canadien et au Groenland ainsi que le recul de la glace l'attestent", lit-on dans le document.

Selon ce dossier, réalisé avec la participation des spécialistes russes, danois, canadiens et allemands, le réchauffement de l'air dans l'atmosphère arctique a provoqué à l'automne des changements de la circulation atmosphérique dans les latitudes moyennes de l'hémisphère nord.

"L'hiver 2009-2010 a démontré l'existence de relations entre le froid extrême dans les latitudes moyennes et les changements dans la circulation des vents dans l'Arctique", indique le document.

Le rapport évoque également la fonte des glaciers citant l'exemple du Groenland où près de 120 km carrés de glace disparaissent chaque année.

En septembre 2010, la superficie de la glace arctique flottante a atteint son troisième minimum historique depuis le début des observations satellitaires en 1979.

Autre article sur le même sujet :

lien ici

Le réchauffement climatique est particulièrement palpable en Arctique, et il est probable que le réchauffement de cette région soit permanent et qu'elle ne retrouve jamais son état antérieur.

Les signes du réchauffement climatique étaient nettement visibles en Arctique cette année – que ce soit par l'air plus chaud, la mer de glace en retrait ou la fonte des glaciers- ce qui signifie probablement que cette région ne retrouvera jamais son ancien climat, plus froid, d'après ce que des scientifiques ont déclaré jeudi.

Dans une évaluation internationale de l'Arctique, des scientifiques des Etats-Unis, du Canada, de Russie, du Danemark et d'autres pays ont déclaré que le « Retour aux conditions antérieures de l'Arctique était peu probable ».

Les conditions climatiques de l'Arctique sont importantes car elles ont un effet puissant sur le climat du reste du monde et notamment celui des latitudes de l'Hémisphère Nord.

Les fortes chutes de neige aux Etats-Unis, au nord de l'Europe et dans l'ouest asiatique l'hiver dernier sont étroitement liées aux températures de l'air plus élevées en Arctique, d'après ce qu'ont découvert les scientifiques.

« L'hiver 2009-2010 montre une nouvelle connexion entre le froid extrême et les chutes de neige pour les latitudes moyennes, et les changements des régimes de vent en Arctique » indique le rapport, publié par l'Administration Nationale Océanique et Atmosphérique des Etats-Unis (NOAA).

Les scientifiques ont découvert des preuves d'un réchauffement accru de l'Arctique, les températures à la surface de l'air augmentant au-dessus des moyennes mondiales deux fois plus rapidement que pour les latitudes plus basses, d'après Jackie Richter-Menge, du Laboratoire d'Ingénierie et de Recherche pour les Régions Froides de l'Armée Américaine.

Une partie des raisons expliquant ce phénomène sont liées au processus baptisé amplification polaire. L'air plus chaud fait fondre la neige et la glace de l'Arctique, révélant une eau plus sombre et absorbant davantage de chaleur, avivant encore les effets du réchauffement.

Ce phénomène est par ailleurs amplifié par l'action des rayons du soleil qui éclairent en permanence l'Arctique en été, a indiqué Jackie Richter-Menge.

Habituellement, l'air froid est bloqué en Arctique pendant les mois d'hiver mais en 2009 et en 2010, des vents puissants ont déplacé l'air froid du nord vers le sud au lieu de l'entraîner de l'ouest vers l'est comme c'est le cas généralement, d'après Jim Overland, un océanographe du Laboratoire Environnemental Marin Pacifique de la NOAA.

Jim Overland considère cela comme la preuve d'un lien direct entre le réchauffement de l'Arctique (avec moins de mer de glace) et le climat des latitudes moyennes.

« C'est un peu un paradoxe quand vous avez un réchauffement climatique mondial et que le réchauffement de l'atmosphère peut en fait créer des tempêtes plus froides et plus rudes en hiver » a souligné Jim Overland.

« Le réchauffement climatique ne signifie pas un réchauffement partout... Il crée ce genre de complexités ».

Plusieurs records ont été battus au Groenland cette année, 2010 ayant été l'année la plus chaude depuis 138 ans dans la capitale du pays, Nuuk. Quatre des glaciers du Groenland ont perdu plus de 25,90 km² chacun de superficie, d'après les statistiques de Jason Box, du Centre de Recherche Polaire Byrd dans l'Ohio.

(...)

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 





Auteur : Sandra BESSON (entre autres...)

Source : fr.rian.ru