Les dirigeants s'unissent pour l'avenir du tigre - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 05/12/2010 à 17h06 par Tanka.


LES DIRIGEANTS S'UNISSENT POUR L'AVENIR DU TIGRE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Les dirigeants s'unissent pour l'avenir du tigre

L'année du Tigre se termine au début février. Mais si on oublie l'horoscope chinois, on peut dire que le tigre a vu de meilleures années. Même le golfeur Tiger Woods l'a eu plus facile cette année. Et, comme vous le savez, l'année qu'il vient de passer n'en a pas été une très reluisante.

La situation du tigre à l'échelle mondiale est devenue si précaire que les politiciens, les scientifiques, les écologistes et les banquiers de treize pays où vivent des tigres se sont réunis en Russie en novembre afin de discuter de façons d'éviter l'extinction de l'espèce.

Les chefs politiques du Bengladesh, du Bhoutan, du Cambodge, de la Chine, de l'Inde, de l'Indonésie, du Laos, de la Malaisie, de la Birmanie, du Népal, de la Thaïlande, du Vietnam et de la Russie ont tous signé la Déclaration de St-Pétersbourg dans l'espoir de doubler la population mondiale du tigre d'ici 2022, qui est la prochaine année du Tigre. L'entente exige une meilleure protection de l'habitat et l'application de mesures sévères pour contrer le braconnage et le trafic d'organes de tigre.

Trois des neuf sous-espèces de tigres sont déjà disparues et les six restantes sont en voie de disparition, dont deux de façon alarmante. Il y a un siècle, on comptait 100 000 tigres dans l'hémisphère est, qui parcouraient alors un territoire allant des forêts tropicales de la Malaisie aux zones boisées subarctiques de la Sibérie.

Aujourd'hui, les scientifiques croient que seulement 3200 bêtes subsistent à l'état sauvage. Comme c'est le cas pour les prédateurs reconnus du Canada, dont l'ours grizzli, les tigres sont menacés principalement par la perte et la fragmentation de leur habitat.

Mais les tigres font face à des pressions additionnelles. Les peaux et organes de tigres sont très prisés par les braconniers, en partie en raison de leur utilisation dans la médecine traditionnelle chinoise. L'augmentation de la population contribue donc aussi à mettre la survie du tigre en danger.

Comme l'a écrit l'auteur vancouvérois John Vaillant dans son excellent ouvrage intitulé «The Tiger: A True Story of Vengeance and Survival», ce n'est pas seulement le sort du tigre qui devrait nous préoccuper. M. Vaillant explique que «le tigre représente un énorme canari dans une mine de charbon biologique». Lorsqu'un grand prédateur comme le tigre, ou le grizzly ici au Canada, est en bonne santé, cela signifie que l'habitat et les proies qu'il supporte se portent aussi bien.

Dans un article récent, M. Vaillant a écrit que le tigre est «un indicateur clé de ce que les scientifiques appellent la sixième grande extinction : la disparition massive d'espèces, causée par l'homme et qui se déroule actuellement partout sur la planète.» Il ajoute que «si on permet au tigre de s'éteindre à l'état sauvage (et "permettre" est vraiment le terme à employer), ce sera la première fois en 10 000 ans qu'on verra un aussi gros prédateur disparaître de notre paysage collectif.»

Les scientifiques croient que la Terre a vu cinq extinctions massives dans son histoire, toutes causées par des forces physiques. Cette fois-ci, l'homme est responsable. Les biologistes chiffrent la disparition annuelle d'espèces à 30 000, soit environ trois espèces à l'heure. Ce phénomène est une conséquence des modifications du paysage et de l'atmosphère, de la pollution, de la surexploitation des plantes et des animaux et de l'introduction d'espèces étrangères dans les écosystèmes.

Dans le cas du tigre, nous avons observé de modestes réussites qui nous donnent espoir de pouvoir inverser la tendance. En 1947, la Russie est devenue le premier pays au monde à adopter des mesures protectrices pour le tigre, et la population de tigres Amur ou sibériens est passée de 30 à 250 bêtes au milieu des années 80. Au début du déclin de l'Union soviétique, à la fin des années 80, le tigre est redevenu une espèce menacée en raison de la corruption au sein du gouvernement, de la déforestation et du braconnage illégal.

En 1992, le gouvernement de la Russie a mis en place de nouvelles mesures de conservation qui ont permis de stabiliser la population de tigres, pour en arriver à environ 450 bêtes aujourd'hui.

Les dirigeants mondiaux semblent maintenant prendre le destin du tigre au sérieux. Grâce à des efforts et à des subventions de quelques gouvernements et de groupes écologistes comme la Wildlife Conservation Society, la Global Environment Facility et la World Life Fund, ainsi qu'à des dons provenant d'individus, dont la vedette de cinéma Leonardo DiCaprio, le tigre pourrait avoir droit à un avenir plus prometteur.

Pour lire la suite de l'article, cliquer sur « Source ».

Devenez lanceur d'alertes

SOS-planete





Auteur : David Suzuki

Source : fr.canoe.ca

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • tigres