Les dessous du Bisphénol A : la synthèse de l'ASEF - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 24/04/2012 à 13h08 par Tanka.


LES DESSOUS DU BISPHÉNOL A : LA SYNTHÈSE DE L'ASEF

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Les dessous du Bisphénol A : la synthèse de l'ASEF

 
Nous sommes contaminés par le Bisphénol A via notre alimentation industrielle. Largement utilisé dans la fabrication des récipients en plastique de types polycarbonate (code d'identification 7), on le retrouve également dans les revêtements intérieurs de boîtes de conserve ou dans les canettes de sodas (résines époxy-phénoliques).

Pourquoi est-ce un problème ?

Parce que le BPA est capable de s'extraire de ces plastiques et résines pour venir « polluer » les aliments ou boissons avec lesquels il est en contact. Ce phénomène est encore plus important lorsqu'on chauffe le produit et son emballage. Sous l'effet de la chaleur, le BPA va « migrer » du contenant vers le contenu, du biberon vers le lait par exemple. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'on l'a récemment interdit dans les biberons.

Mais, son utilisation toujours très répandue fait qu'on le retrouve dans les urines, le sang et le liquide amniotique d'une grande majorité de la population européenne.

Cette pollution, à laquelle nous sommes tous soumis, inquiète de plus en plus en raison des nombreuses études qui ont montré la toxicité du BPA pour la reproduction notamment. En effet, le BPA est capable de « mimer » les oestrogènes et donc de perturber la fonction de reproduction mais aussi le développement d'organes comme le cerveau ou le système cardio-vasculaire. Actuellement, les autorités sanitaires européennes (EFSA) et françaises (AFSSA) ont défini une dose journalière acceptable de 0,05 milligramme par kilo de poids corporel. Mais, nous allons voir que cette dose seuil est largement remise en cause aujourd'hui du fait des récentes études scientifiques publiées.

Le cas des tickets de caisse

La question du BPA se pose également avec les tickets de caisse en papier thermique utilisés dans les supermarchés, restaurants, ou autres commerces. Certains supermarchés tels que Carrefour ou encore les magasins U, ont pris la décision de bannir l'utilisation de ces tickets suite à deux études.

La première, une étude américaine a montré que les femmes enceintes ayant le plus de BPA dans les urines sont celles qui travaillent en tant qu'hôtesse de caisse (Braun et al, 2010). L'autre étude a été menée par l'INRA et montre que le BPA pénétrerait dans l'organisme par la peau (Zalko et al, 2010).

Même si l'ensemble des effets du BPA sur notre santé reste encore à déterminer, la décision de substituer le BPA dans les tickets est déjà un premier pas pour réduire l'exposition de la population.

Que fait la recherche ?
 

(...)

 
Pour lire la suite, cliquer ICI
 

Un article de J. Maherou et S. Norest & L.Ferrer, publié par Asef-asso
 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : J. Maherou et S. Norest & L.Ferrer

Source : www.asef-asso.fr