Les coups durs du climat s'intensifient - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/03/2012 à 14h43 par Fred.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les coups durs du climat s'intensifient

 

Le changement climatique a déjà provoqué une accélération de certains coups durs du climat. Coups dur pour les hommes, la production agricole et l'environnement : vagues de chaleurs intenses et pluies extrêmes notamment.

C'est ce qu'affirment deux scientifiques dans une étude publiée en ligne par Nature Climate Change.

Dim Coumou et Stefan Ramstorf du Potsdam Institute for Climate Impact Research, se sont penchés sur les statistiques d'événements météo et climatiques extrêmes des dix dernières années et les ont comparés à des séries plus longues.

Verdict : certains types de coups durs climatiques se multiplient et s'intensifient. Surtout, notent-ils, les vagues de chaleurs et les pluies violentes.

Cette question des événements violents dans un climat transformé par l'intensification de l'effet de serre en raison de nos émissions massives de gaz du même nom - plus de 30 milliards de tonnes par an de CO2 pour le seul secteur de l'énergie - est posée depuis plus de 20 ans.

Lorsque, en 1988, Jim Hansen, le climatologue du Goddard Institute for space studies, dans une audition célèbre au Congrès des Etats-Unis, a déclaré, en substance, «le changement climatique est déjà là».

Les scientifiques ont tenté de prévoir l'évolution à long terme de ces extrêmes climatiques. Certains ne font pas l'ombre d'un doute et correspondent à des analyses classiques de la physique du climat.

Un climat plus chaud en moyenne se traduit nécessairement par des vagues de chaleurs plus intenses et plus nombreuses, mais de combien ? Inversement, le nombre de vagues de froid devrait décroître aux latitudes moyennes. Ainsi, vers 2070, l'été caniculaire de 2003 en France et Europe de l'Ouest sera devenu un été moyen.

Une atmosphère basse plus chaude produit également un effet direct sur l'évaporation, qui s'intensifie, ce qui favorise sur les continents des sécheresses intenses là où l'air est sec.

A l'inverse, une plus grande quantité de vapeur d'eau sera disponible dans l'atmosphère, par évaporation de l'eau de mer, et donc la fréquence des épisodes de pluies intenses pourrait s'intensifier là où la circulation atmosphérique pousse de manière privilégiée des masses d'air humides. Autre exemple : l'augmentation des températures de surface de l'eau des océans tropicaux favorisera la formation de cyclones.

(...)

 

 

Ces précautions prises, les deux scientifiques ont étudié les événements des dix dernières années (2000/2011) qui dépassent les records précédents. Parmi cette liste:

► les canicules de l'Europe de l'ouest en 2003 (un excès de 70.000 morts), et en Russie en 2010 (incendies à large échelle, chute de la production de blé). Ces canicules sont sans précédent depuis au moins 500 ans affirment les climatologues.

► les inondations dramatiques au Pakistan en 2010 (20 millions de personnes affectées, au moins 3.000 morts, des récoltes anéanties).

► Les pluies les plus intenses jamais enregistrées dans l'Est de l'Australie, 2,5 milliards de dollars de dégâts.

► en 2007, le printemps le plus pluvieux depuis 1766 en Angleterre et Pays de Galles, 3 milliards de livres de dégâts.

Les deux auteurs s'appuient sur une abondante bibliographie d'études spécialisées - 86 articles scientifiques publiés - sur ces événements afin d'en tirer une synthèse.

Parmi ces articles, l'un permet de montrer la dérive vers des étés caniculaires en Europe.

(...)

Les deux scientifiques concluent leur article sur deux points. D'abord, ils indiquent une fréquente mauvaise compréhension de la réponse favorite des climatologues à la question médiatique "tel ou tel événement est-il lié au changement climatique" : «je ne sais pas».

Cette réponse est souvent comprise comme "non". Alors qu'elle signifie "nous ne pouvons pas l'affirmer de manière rigoureuse".

Ensuite, ils affirment clairement que les extrêmes climatiques - chaleurs et pluies - provoqués par notre action sur le climat via nos émissions massives de gaz à effet de serre sont là :

«Il est très vraisemblable que plusieurs des extrêmes sans précédents de la dernière décennie ne seraient pas survenus sans le rechauffement planétaire d'origine anthropique», écrivent-ils en conclusion.

 

Pour lire la totalité de l'article, cliquer ICI

 

Un article de Sylvestre Huet, publié par sciences.blogs.liberation.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : Sylvestre Huet

Source : sciences.blogs.liberation.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Fred
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr