Les climatologues français veulent débugger le débat - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/04/2010 à 11h35 par Tanka.


LES CLIMATOLOGUES FRANÇAIS VEULENT DÉBUGGER LE DÉBAT

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Les climatologues français veulent débugger le débat

Comme nous l'expliquait Valérie Masson-Delmotte, paléoclimatologue et collaboratrice du Giec, un copieux document vient d'être envoyé à leurs organismes de tutelle, signé par 604 scientifiques. Dans le collimateur, le livre de Claude Allègre et les écrits et conférences de Vincent Courtillot. Cet Appel des scientifiques du climat dénonce non seulement des « erreurs » mais aussi des « dénigrements ». Des documents publics à télécharger...

Les climatologues ont frappé. La semaine dernière, Valérie Masson-Delmotte détaillait sur notre site les raisons de cet Appel des scientifiques du climat, tout à fait inhabituel, transmis à la Ministre de la recherche, Valérie Pécresse, et aux responsables des grands organismes de recherche français concernés par les études sur le climat.

Les chercheurs n'apprécient guère la manière dont la question du réchauffement climatique est aujourd'hui débattue dans la société et aimeraient faire entendre leurs voix. « Nous n'avons rien à cacher. Nous aimerions surtout pouvoir offrir au grand public toutes les données que nous possédons et montrer comment nous travaillons ! » nous affirmait la climatologue, elle aussi signataire de ce courrier.

Les climatologues en veulent surtout à deux personnes et l'attaque est nominative, ce qui est très rare dans le milieu scientifique, du moins dans les débats publics. Le premier est Claude Allègre qui a écrit, avec Dominique de Montvalon, L'imposture climatique, ou la fausse écologie. Le second est Vincent Courtillot, auteur du Nouveau voyage au centre de la Terre (Odile Jacob, 2009), et qui donne des conférences sur le thème du climat. L'opinion de ces deux scientifiques s'oppose à celle de la majorité des climatologues et du Giec, qui attribue une grande partie du réchauffement climatique actuel aux activités humaines.

Une réponse de près de cent pages

Ce n'est pas cette opposition qui agace la communauté des climatologues mais, expliquent-ils « les erreurs » et « les insultes ». A la lettre envoyée la semaine dernière et aujourd'hui signée par 604 scientifiques, les climatologues ajoutent aujourd'hui trois documents, rendus publics, et que l'on peut télécharger au format PDF. Le premier est une liste des 60 erreurs relevées dans le livre de Claude Allègre.

Le fichier est lourd (2,21 Mo !) et comporte 63 pages, chaque critique étant détaillée. Le second reprend les arguments exposés par Vincent Courtillot dans ses conférences. Il est plus léger (trente pages, tout de même). Le troisième recense... les insultes. Il est vrai que Claude Allègre n'a pas fait dans la dentelle en évoquant un « système mafieux » et un « intégrisme ».

La Ministre a réclamé un débat scientifique sur ces questions, qui sera orchestré par l'Académie des sciences. Le CNRS et l'Alliance AllEnvi (qui regroupe les organismes de recherche liés à l'environnement) viennent de publier un communiqué commun pour soutenir les climatologues, signés par leurs présidents, Alain Fuchs et Roger Genet.

Par Jean-Luc Goudet - Source : futura-sciences.com


Information recueillie par Tanka

Pour en savoir plus sur la situation planétaire