Les choses qu'on n'ose pas dire - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 30/11/2009 à 21h55 par Michel95.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les choses qu'on n'ose pas dire

Information recueillie par Michel95

Alain Dubuc

Sur les plans énergétique et environnemental, ce qui distingue le Québec, ce sont ses réserves d'hydroélectricité, verte et renouvelable.

C'est cette électricité qui nous permet d'afficher un meilleur bilan que nos voisins pour les émissions de gaz à effet de serre.

C'est le fait que le Québec est le quatrième producteur d'hydroélectricité au monde qui rendra le premier ministre Jean Charest intéressant, lorsqu'il sera à Copenhague.

Et c'est cette électricité qui permettra au Québec de faire sa principale contribution à la lutte contre le réchauffement planétaire.

Et pourtant, dans le débat sur les cibles de réduction de GES du Québec, on ne parle pas d'électricité.

Bizarre. Non?

On devine pourquoi.

Pour que l'électricité puisse pleinement jouer ce rôle essentiel, il faudra absolument cesser de subventionner la surconsommation, et donc augmenter substantiellement les tarifs.

Or, comme on sait, c'est un sujet tabou.

Cela nous mène à une situation surréaliste où un gouvernement qui veut être ambitieux dans la réduction des émissions de GES, et une opposition qui trouve que le gouvernement ne va pas assez loin, réussissent à ne jamais parler d'une mesure qui aurait un impact significatif pour contrer le réchauffement planétaire.

Et les groupes environnementaux, sans doute pour rester populaires, sont plus que discrets sur la question. Bref, on se gargarise, on se pète les bretelles, et on ne parle pas des vraies affaires.

Mais si les Québécois veulent vraiment que le Québec soit vert, ils doivent être logiques avec eux-mêmes.

Ça fait longtemps que j'écris là-dessus.

Je ne suis pas le seul.

Les économistes et les spécialistes de l'énergie décrivent nos tarifs d'électricité comme une aberration.

Cette aberration devient un scandale dans le contexte du réchauffement climatique.

Et voilà pourquoi ça fait plaisir de voir deux spécialistes de l'Université Laval, Jean-Thomas Bernard et Jean-Yves Duclos, revenir à la charge dans une étude faite pour l'Institut C. D. Howe.

Pourquoi augmenter les tarifs?

Parce qu'on ne peut pas sérieusement réduire la consommation d'énergie sans des hausses de prix.

C'est en fait la même logique que pour les produits pétroliers, dont on ne pourra pas réduire l'utilisation sans taxer le carbone, c'est-à-dire l'essence, le mazout et le gaz.

Mais pourquoi faudrait-il réduire la consommation d'électricité, si celle-ci est propre?

Parce qu'il est difficile de rentabiliser l'introduction de mesures d'économie ou de sources d'énergie de rechange, quand le prix de l'hydroélectricité est anormalement bas.

Parce que les nouvelles sources d'hydroélectricité et d'énergie éolienne seront plus coûteuses.

.../...

 

Pour lire la suite de cet article, cliquer sur "Lien utile"

 

........

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Michel95
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr