Les cellules de centenaires retrouvent la jeunesse - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 31/10/2011 à 23h46 par Mich.


LES CELLULES DE CENTENAIRES RETROUVENT LA JEUNESSE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les cellules de centenaires retrouvent la jeunesse

 

Une équipe de biologistes de l'Université de Montpellier a réussi à re-programmer des cellules de personnes âges de près de 100 ans. Grâce à une manipulation génétique très originale, ces cellules de la peau ont retrouvé leur capacité à donner naissance à tous les types de cellules fonctionnelles existant dans un corps humain.

C'est une grande première mondiale que viennent de réussir des chercheurs de l'université de Montpellier : rajeunir des cellules prélevées sur des êtres humains âgés de plus de 90 ans. Pour le biologiste Jean-Marc Lemaitre, qui a dirigé l'équipe responsable de cet exploit, ces cellules «remontant le temps» ouvrent une nouvelle piste de recherche vers une médecine régénérative basée sur la fabrication d'organes de substitution.

De nombreux laboratoires dans le monde travaillent sur ces techniques de re-programmation de cellules somatiques issues d'un corps adulte. Cette technique alternative permet surtout d'éviter le recours aux cellules souches prélevées sur un embryon humain, dont l'usage est très réglementé par la loi de bioéthique.

«Nous avons forcé les cellules de la peau à retrouver un état juvénile et nous avons modifié leur destin. Cela confirme que le vieillissement est un phénomène réversible», explique Jean-Marc Lemaitre.

Les néo-cellules ainsi produites en laboratoire possèdent apparemment toutes les caractéristiques des cellules souches embryonnaires. Par différenciations et divisions successives, elles sont donc capables de donner naissance à n'importe lequel des 220 types de cellules fonctionnelles cohabitant chez un mammifère vivant : foie, coeur, épiderme, sang...

Pour obtenir ce retour en arrière, les chercheurs de l'Inserm ont introduit dans le noyau de la cellule un cocktail de 6 gènes qui ont «réveillé» son génome et réactivé son métabolisme cellulaire.

En fait, les cellules prélevées sur des volontaires dont l'âge est compris entre 92 et 101 ans avaient atteint le stade de sénescence qui se traduit par un sommeil biologique total. «Toutes les cellules finissent par atteindre cet état ultime du vieillissement. Le processus de division est alors figé et les cellules ne se reproduisent plus», poursuit le biologiste de Montpellier.

Ces travaux fondamentaux qui ont fait l'objet d'un brevet vont maintenant être testés sur des tissus vivants. Les chercheurs vont notamment vérifier le caractère pluripotent des cellules re-programmées. Avant toute application thérapeutique, les biologistes montpelliérains vont notamment s'assurer de l'absence de tout risque de développement tumoral souvent associé à ces manipulations sur le génome. Pour l'instant, aucune application à court ou moyen terme n'est prévisible.

 

Un article de Alain Perez, publié par lesechos.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Alain Perez

Source : www.lesechos.fr