Les bisons retrouvent leur liberté en Roumanie - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 24/04/2012 à 13h27 par Tanka.


LES BISONS RETROUVENT LEUR LIBERTÉ EN ROUMANIE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Les bisons retrouvent leur liberté en Roumanie

 
Le dernier bison sauvage a été abattu il y a près de deux cents ans.

Pour l'instant, ils ont encore un peu peur de leur liberté. Alors, quand l'heure du repas arrive, les bisons pointent le bout de leur mufle à l'entrée de leur ancien enclos. « Le printemps se fait attendre et la nourriture est encore rare dans les forêts, explique Sebastian Catanoiu, directeur du parc naturel de la région de Neamt, dans le nord-est de la Roumanie. Lorsque le temps sera plus clément, ils pourront se débrouiller plus facilement. »

Si la France tente de réintroduire depuis plusieurs années l'ours dans ses montagnes, la Roumanie, elle, fait tous les efforts pour repeupler les Carpates de bisons. Disparu il y a près de deux siècles du pays, cet herbivore puissant, que l'on identifie plus facilement aux grandes plaines américaines qu'aux forêts de Transylvanie, est considéré comme le plus gros mammifère terrestre d'Europe. Il est aussi l'un des symboles de la Roumanie.

Une espèce menacée

Présent sur l'ensemble du Vieux Continent, il a lentement été exterminé par l'homme. Au sortir de la Première Guerre mondiale, son espèce a frôlé l'extinction, lorsque le dernier bison en liberté a été tué en Pologne. L'espèce a survécu grâce aux spécimens qui vivaient dans les parcs zoologiques. Aujourd'hui, on compte 1 500 bisons sauvages en Europe, majoritairement en Pologne, Ukraine et Slovaquie.

En Roumanie, ce premier lâcher de cinq bisons a été rendu possible grâce à des fonds de la Banque mondiale et un programme de financement européen. Entre 2005 et 2009, 15 bêtes ont été apportées d'Allemagne, de Suisse et de Suède dans le parc naturel de Neamt. « Nous avons eu la chance d'être conseillés par des spécialistes de taille mondiale dans ce domaine, dont un généticien polonais qui nous a beaucoup aidés », note le biologiste du parc, Razvan Deju.

Car la consanguinité des bêtes représente un risque majeur dans leur expansion. Les 4 000 exemplaires recensés aujourd'hui en Europe tirent leurs gênes des 12 spécimens qui ont permis la survie de l'espèce dans les années 1920. « Nous allons continuer les remises en liberté en 2013 et 2014. Notre objectif est de créer un troupeau sauvage d'une vingtaine de têtes », détaille Razvan Deju.
 

 
Les habitants de la région ont déjà été informés des amendes et des peines de prison que risquent les braconniers, mais aussi des attitudes à avoir face aux bisons. Pour que la cohabitation entre l'homme et l'animal se passe, cette fois-ci, dans les meilleures conditions.
 

Un article de JONAS MERCIER, publié par La croix
 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : JONAS MERCIER

Source : www.la-croix.com

  • Mots clés déclenchant une recherche interne :  
  • bisons - 
  • Roumanie