Un Univers parfait? Quel ennui! Avec la Création ont ainsi été faits des créateurs: NOUS! La faille?

Les bâtiments verts pas toujours écologiques - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 23/03/2010 à 02h19 par terredezomes.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les bâtiments verts pas toujours écologiques

  
Alors que le sommet de Copenhague a déçu, les bâtiments verts pourraient bien décevoir à leur tour, les certifiés économes en énergie consommant plus que prévu d'après les premiers retours d'expérience.

Bureaux, logements, écoles, etc. : depuis cinq ans, la vague verte de l'immobilier durable déferle sur l'Hexagone, les chantiers se multipliant sous la bannière HQE, la certification BBC et les labels Breeam ou LEED, malgré les coûts de construction majorés de 5 à 10% : 15 000 bâtiments sont en cours de labellisation BBC Effinergie.

Alors que les investisseurs engagent des surcoût pour acquérir un bâtiment plus performant, le Conseil National de Recherches Canada (CNRC) a étudié l'écologie du bâtiment. Alors, les bâtiments verts sont-ils vraiment verts ou prétendument verts ? Si les chercheurs ont calculé que la plupart de ces ouvrages consomment en moyenne 18 à 39 % d'énergie en moins par m² que leurs équivalents conventionnels, l'Institut de recherche en construction a découvert que 28 à 35% des bâtiments LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) consomment davantage que les édifices ordinaires, non certifiés, de dimensions équivalentes.

L'écologie du bâtiment a aussi été étudiée en France par une équipe composée de la foncière immobilière Icade (maître d'ouvrage pionnier dans la HQE) et du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB). Les auteurs de l'étude, financée dans le cadre du Programme de recherche et d'expérimentation sur l'énergie dans le bâtiment (Prebat), ont interrogé les utilisateurs et les gérants de trois bâtiments tertiaires :

- le 270, à Aubervilliers, apartenant à Icade,
- le Millénaire, également situé à Aubervilliers, également propriété d'Icade, et
- le pavillon d'accueil de l'institut de recherche Ineris à Verneuil-en-Halatte, dans l'Oise.

Alors que ces trois bâtiments partageaient des objectifs de réduction de consommation ambitieux, le retour d'expérience montre que les deux bâtiments d'Icade ont manqué leur cible énergétique :

- Le 270 : la consommation réelle atteint 170 kWh/m² par an, soit 50 kWh/m² par an de plus que les prévisions, à cause d'une mauvaise adéquation entre la conception et l'usage du bâtiment. Conçu pour fonctionner de jour, le bâtiment est en réalité également occupé la nuit. Cette occupation nocturne empêche le chauffage et la climatisation de passer aux modes de veille.

- Le Millénaire : en 2008, le bâtiment tertiaire a consommé 247 kWh/m², soit davantage que les précisions à 217 kWh/m².

- Le pavillon d'accueil de l'institut de recherche Ineris, quant à lui, consomme un peu moins que prévu, mais des défauts persistent, comme la ventilation nocturne exploitant en été l'inertie thermique du bâtiment qui a trouvé ses limites dans les étages élevés, des questions de sécurité empêchant l'ouverture des portes, indispensable au système de ventilation.

Si le gain est faible, voire nul, comparé à la norme RT 2005 (la réglementation thermique française impose une consommation maximale de 250 kWh/m²/an pour le neuf), il est avantageux par raport à la moyenne du parc existant, estimée par l'Ademe à 286 kWh/m².

La capricieuse domotique ou les limites du tout-automatique sont aussi pointées du doigt par les exploitants et les occupants. Pour ne pas être illusoire, le bâtiment vert doit donc répondre aux besoins fondamentaux des utilisateurs.

L'expérience n'a pas dissuadé Icade de poursuivre son acquisition de 250 000 m² d'immeubles certifiés HQE, et ne fait pas plus déchanter Jean Carassus, ancien directeur du département économie et sciences humaines du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) interrogé par Les Échos, pour qui la valeur verte est possible grâce :

- aux labels absolument nécessaires, permettant de faire certifier les performances par un tiers,
- à la certification, quand les usagers et les exploitants suivent,
- à l'engagement des usagers sur leur comportement, envisageable dans le tertiaire sous la forme d'un contrat de type « bail vert »,
- à l'engagement des exploitant dans le cadre d'un contrat de performance énergétique,
- à la nomination dans chaque bâtiment d'un « M. ou Mme énergie, environnement et santé ».

Par Hélène Baratte-Source : seloger.com

 
Information recueillie par Terre de Zomes
 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

A noter que ce moteur de recherche INTERNE peut renvoyer sur des pages uniquement adaptées aux PC

 

 

 

A noter que ce moteur de recherche INTERNE peut renvoyer sur des pages uniquement adaptées aux PC

 

 

Avant de propager des sottises, le Grand philosophe Grec Socrate conseille le test des 3 passoires ! - Le Vrai d'UFO's ;o) - EndinGues à donfff !!! (02:00)

 

 

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

 

Manipulation de l'opinion : Quelle vérité fondamentale est dissimulée par la "théorie" du complot ? - Le Vrai d'UFO's ;o)

Le grand remplacement est une théorie du complot, xénophobe et raciste, instillée en France en 2010 - Le Vrai d'UFO's ;o)

 

 

La composition exacte des CHEMTRAILS enfin dévoilée. Quels vrais danGers pour la santé des citoyens? - Le Vrai d'UFO's ;o)

Aux antennes E.L.F. hautes fréquences du réseau HAARP en Alaska, s'en joignent 144 autres en Russie! - Le Vrai d'UFO's ;o)

Philosophie, architecture cosmique et bâtisseurs : Les neuf piliers de l'Evidence - Le Vrai d'UFO's ;o)

 

Les 3 Amis fondateurs de l'Association (en 1999)

 

 

 

A noter que ce moteur de recherche INTERNE peut renvoyer sur des pages uniquement adaptées aux PC

 

 

 

 

      

 

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter terredezomes
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Lire tous les commentaires (1) - Laisser un commentaire sur cette actualité

Commentaire laissé par Lo le 23/03/2010 à 10h34

"Bâtiments verts", c'est un terme vague et fourre-tout... La critique ici est biaisée, car ce sont les défauts d'un type de construction qui sont stigmatisés sous une appellation générique.

Dans l'article, il s'agit apparemment de bâtiments conçus pour des performances énergétiques optimisées et gratifiés d'une norme HQE qui ne répondent pas, semble-t-il, aux attentes des architectes.

Mais pour ma part, quand j'entends "bâtiment vert", je pense aux maisons en bois, paille, terre et chaux, aux toits végétalisés, au solaire intégré, aux toilettes sèches, au lagunage avec phyto-épuration, à l'auto-construction, à la permaculture, à l'énergie passive, conceptions écologiques de l'habitat qui sont déjà largement pratiquées, et applicables aussi en ville, mais qui ne rentrent pas dans les normes et cases officielles...

Attention aux amalgames péjoratifs !