Les bactéries s'adaptent et échappent au pouvoir des nanoparticules d'argent ! - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/05/2013 à 11h18 par Fred.


LES BACTÉRIES S'ADAPTENT ET ÉCHAPPENT AU POUVOIR DES NANOPARTICULES D'ARGENT !

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les bactéries s'adaptent et échappent au pouvoir des nanoparticules d'argent !

 

« Les bactéries s'adaptent et échappent au pouvoir des nanoparticules d'argent », source : University of New South Wales (UNSW) du 9 mai 2013.

Bien que le nano-argent ait des propriétés antimicrobiennes efficaces contre certains pathogènes, la surexposition aux nanoparticules d'argent peut faire en sorte que d'autres micro-organismes potentiellement dangereux s'adaptent et croissent rapidement, selon une étude de l'UNSW.

Ce résultat, publié dans la revue Small, pourrait avoir des conséquences de grande envergure dans l'utilisation future des nanoparticules d'argent comme agent antimicrobien dans des applications biomédicales et environnementales.

« Nous avons constaté une importante capacité naturelle d'une bactérie largement répandue de s'adapter assez rapidement à l'action antimicrobienne des nanoparticules d'argent. Il s'agit de la première preuve claire de cette adaptation induite », explique le co-auteur, la Dr Cindy Gunawan, de la School of Chemical Engineering de l'UNSW.

En utilisant une culture expérimentale, les chercheurs de l'UNSW ont observé que le nano-argent était efficace en supprimant des bactéries cibles (Escherichia coli), mais que sa présence a initié l'émergence inattendue, l'adaptation et la croissance anormalement rapide d'autres espèces bactériennes (Bacillus).

L'efficacité des nanoparticules d'argent pour détruire certains pathogènes causant des maladies a été bien documentée, et, par conséquent, cela a été largement utilisé en médecine pour des bandages et des pansements. Il y a également des utilisations environnementales dans les systèmes de purification de l'air et de l'eau, et cela est utilisé dans les cosmétiques et les détergents, mais aussi comme revêtement de surface pour des jouets et des tupperware.

Mais les chercheurs disent que cette exploitation des propriétés antimicrobiennes des nanoparticules d'argent a « pris de l'ampleur en partie en raison du manque de preuves du potentiel de développement de micro-organismes résistants ».

« L'action antimicrobienne des nanoparticules d'argent n'est pas universelle et l'utilisation généralisée de ces produits devrait prendre en considération la possibilité de dénouements défavorables sur le long terme », explique Gunawan.

Les chercheurs affirment que ces effets indésirables peuvent être plus prononcés étant donné la quasi-omniprésence de Bacillus, qui provient de spores, et parce que le caractère de résistance peut potentiellement être transféré aux gènes d'autres micro-organismes.

« Pour l'usage médical des nanoparticules d'argent, cela implique la possibilité d'une efficacité réduite et le développement de populations résistantes en milieu clinique », explique le co-auteur, le Dr Christopher Marquis de la School of Biotechnology and Biomolecular Sciences de l'UNSW.

« Ce travail suggère la prudence dans l'utilisation généralisée des nanoparticules d'argent et la nécessité d'une recherche beaucoup plus approfondie des mécanismes antimicrobiens, l'ampleur de l'adaptabilité et la base moléculaire ou génétique de la défense cellulaire contre l'activité antimicrobienne. »

 

Un article de Albert Amgar, publié par amgar.blog.processalimentaire.com/ et relayé par SOS-planete

 

N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Ralliez le Cercle des Anciens ! Apportez votre petite pierre à une évolution joyeuse, compatible avec la Vraie Vie...

 

 

Découvrez nos posts qui font le buzz sur la Toile
Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 
Recommandez-le à vos amis

 





Auteur : Albert Amgar

Source : amgar.blog.processalimentaire.com