"Les Amis de la Terre" contre le lobbying des "viandards" - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 10/01/2010 à 17h06 par Michel WALTER.


"LES AMIS DE LA TERRE" CONTRE LE LOBBYING DES "VIANDARDS"

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
"Les Amis de la Terre" contre le lobbying des "viandards"

Information transmise par Michel

Par Alain MOYAT

Afin de permettre aux jeunes de découvrir les saveurs de la viande, le Centre d'Information des Viandes a proposé un jeu concours dans les cantines scolaires. Au grand dam des Amis de la Terre.

« IL y a des circulaires qui interdisent le démarchage en milieu scolaire. J'ai l'impression qu'à Reims, on s'en contrefiche. Pour nous, le jeu concours intitulé « Les toqués de la viande » organisé dans de nombreuses cantines publiques rémoises par le Centre d'Information des Viandes n'est ni plus ni moins du lobbying commercial pour promouvoir la consommation de viande à travers des slogans dénués de toute portée sanitaire ou pédagogique. À Charleville- Mézières, ils l'ont compris et ont refusé l'organisation de ce concours dans les écoles. »

Président des Amis de la Terre de la Marne, Denis Rousseaux n'est pas content et vient de l'écrire à la maire. Fils d'agriculteur du Rethélois et pas du tout végétarien, - il mange de la viande deux à trois fois par semaine -, le pédagogue tient aujourd'hui à tirer la sonnette d'alarme sur « la triste réalité écologique de la filière viande pour la planète. » Très inspiré par Fabrice Nicolino auteur de « Bidoche », il pense, pour faire court, que manger moins de viande serait bon et pour la santé des gens (maladies cardio-vasculaires,
diabète) et pour la planète.

Réquisitoire contre la viande

Et de dresser un vrai réquisitoire contre la viande : « L'élevage est responsable de 18 % des émissions de gaz à effet de serre, plus que les transports. Il mobilise 70 % des terres arables (favorisant la déforestation) et 9 % de l'eau douce de la planète. Un repas avec de la viande et des produits laitiers équivaut en gaz à effet de serre à 4.758km en voiture contre 629km pour un repas sans viande et produits laitiers. L'élevage agro-industriel pollue les nappes phréatiques et met à mal les ressources en eau. L'alimentation du bétail le plus souvent à base de plantes génétiquement modifiées se retrouve dans les assiettes sans qu'aucun étiquetage n'en précise la nature. En Europe, 80 % des animaux d'élevage consomment des OGM contenus dans le soja importé du continent américain. »

D'accord pour reconnaître qu'il faut bien défendre les régions à vocation d'élevage qui élèvent des animaux à l'herbe, Denis Rousseaux précise que son association « ne raisonne pas au seul niveau du petit coin de France qui n'est d'ailleurs pas si vertueux quand on voit les dégâts des lisiers porcins sur la nature en Bretagne, mais au niveau du monde entier. » Car si la consommation de viande baisse en France, ce n'est pas le cas dans le monde où on commence d'ailleurs à voir poindre une concurrence entre l'alimentation animale et l'alimentation humaine puisque 40 % des céréales produites sont déjà destinées à alimenter le bétail.

Enfin, à un moment où la Ville de Reims a manifesté sa volonté d'introduire, à son avis, encore trop timidement une part d'alimentation biologique dans les cantines, si demain la part de consommation de la viande augmente comme le souhaite implicitement le centre d'information des viandes, ce sera autant d'aliments bio en moins dans les assiettes des enfants.

Alain MOYAT


Source : lunion.presse.fr

Pour en savoir plus sur la situation planétaire