Les abeilles capables de mémoriser les fleurs toxiques - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/12/2010 à 14h00 par Fred.


LES ABEILLES CAPABLES DE MÉMORISER LES FLEURS TOXIQUES

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Les abeilles capables de mémoriser les fleurs toxiques



Récemment publiée dans la revue « Current Biology Journal », une étude scientifique a démontré que les abeilles ayant consommé du nectar qui les rend malades sont capables, par la suite, de détecter ces fleurs toxiques par l'odeur.

Aptitude remarquable, les abeilles possèdent, en effet, la faculté d'apprendre et d'associer les signaux floraux, tels que la couleur d'une fleur et son odeur, aux bénéfices alimentaires.

Grâce à ces récents travaux, on sait désormais qu'elles apprennent à éviter un nectar toxique si elles l'ont déjà consommé.

Ainsi, si tout comme l'homme, les abeilles ne peuvent pas sentir qu'elles consomment des toxines, elles apprennent à éviter les fleurs contenant du nectar qui leur nuirait grâce à une substance neurochimique, appelée « sérotonine ».

Evoluant dans des environnements très peuplés, où les infections se répandent rapidement, les colonies d'abeilles sont particulièrement vulnérables aux maladies, en recrudescence au cours des dernières années.

Outre ces menaces naturellement présentes, les abeilles entrent également en contact lors de la pollinisation avec de nombreux pesticides, fongicides et herbicides utilisés dans l'agriculture.

Or, bien qu'ils admettent que les pesticides ne sont pas la seule menace, les scientifiques restent convaincus que les produits chimiques contribuent au déclin des abeilles.

Malheureusement, cette capacité d'apprentissage, jusqu'alors considérée comme « l'apanage des vertébrés de rang supérieur », pourrait ne plus être si utile aux abeilles.

En effet, comme l'explique le Dr Jeri Wright : « Le problème est que [ ... ] les abeilles pourraient être obligées de se nourrir de nectar toxique car elles n'ont pas d'autre choix, par exemple lorsqu'on les introduit dans un grand verger pour sa pollinisation ».

Constatant, toutefois, qu'il n'est pas logique que les plantes empoisonnent les pollinisateurs dont elles ont besoin pour survivre, les scientifiques étudient la possibilité que ces toxines soient présentes pour protéger les plantes des fourmis.

Au Royaume-Uni, ce scénario est déjà en cours de réalisation. En effet, un certain nombre d'espèces végétales au Royaume-Uni produisent des toxines. Par manque de choix, les abeilles sont contraintes de s'en nourrir, ce qui pourrait avoir un impact important sur les colonies d'abeilles au Royaume-Uni selon les chercheurs.

Devenez lanceur d'alertes
 
 
SOS-planete, le site géant! ... Etat de santé réel de la planète






Auteur : Cécile Cassier

Source : www.univers-nature.com