Le web américain manifeste son opposition à la loi SOPA - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/01/2012 à 10h36 par Tanka.


LE WEB AMÉRICAIN MANIFESTE SON OPPOSITION À LA LOI SOPA

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Le web américain manifeste son opposition à la loi SOPA

 
Plusieurs sites américains devraient fermer leurs pages mercredi 18 janvier, en signe de protestation contre une loi renforçant la lutte contre le téléchargement illégal. Wikipédia pourrait les rejoindre.

Actuellement en discussion à la Chambre des représentants, le projet de loi SOPA (Stop Online Piracy Act) vise à renforcer la lutte contre le piratage aux États-Unis. Le texte prévoit plusieurs types de sanctions: le blocage des sites proposant des contenus illégaux, après décision de justice, la suppression des mentions du site sur les moteurs de recherche, et l'interdiction aux régies publicitaires ou aux plateformes de paiement en ligne de verser de l'argent au site condamné.

Ce projet de loi a rapidement suscité une vive protestation de la part des grands acteurs du monde de la high-tech. Les fondateurs de Mozilla, Google, Twitter, YouTube, eBay, Yahoo, Wikipedia et Flickr y voient une atteinte aux fondements du web social et un risque pour les sites proposant des contenus générés par les utilisateurs. Dans une lettre ouverte envoyée mi-décembre, ils ont demandé aux membres du Congrès de «bien réfléchir avant de modifier la régulation qui sous-tend Internet». «Nous ne voulons pas que la prochaine génération d'entrepreneurs n'ait pas les mêmes opportunités que nous avons eues», ont-ils plaidé.

Plus radical que ses cosignataires, Jimmy Wales, fondateur de Wikipedia, s'est lui prononcé pour un blackout de l'encyclopédie collaborative, une fermeture temporaire du site, en signe de protestation. Selon lui, cette manifestation pourrait sensibiliser les internautes aux risques du projet de loi SOPA, au moyen d'une «grève de la communauté», comme il l'a indiqué au Telegraph.

L'idée de blackout a été suivie par différents acteurs d'Internet. Le site d'agrégation de liens Reddit a ainsi prévu une fermeture de ses pages le mercredi 18 janvier, jour de la discussion de la SOPA au Congrès. Il a été rejoint par d'autres sites comme ceux du réseau Cheezburger, pionniers de la webculture.

Le projet SOPA s'est également attiré les foudres de la communauté activiste Anonymous, qui devrait fermer l'un de ses comptes Twitter le même jour. Ces décisions, encore isolées, ne devraient toutefois pas toucher le grand public. Hormis Reddit, dont l'audience a atteint 35 millions de visiteurs uniques et 2 milliards de pages vues en décembre 2011, ces sites restent relativement confidentiels, en dehors de la sphère geek.

Le blackout de Wikipedia, cinquième site le plus visité au monde, aurait un tout autre impact. Un débat entre les différents contributeurs est actuellement en cours pour décider de la mesure à adopter: une fermeture temporaire de plusieurs heures ou l'affichage d'un bandeau noir signifiant le désaccord de la fondation avec le projet de loi. Dans tous les cas, la mesure ne devrait concerner que la version anglaise de Wikipedia, comme l'a indiqué Adrienne Alix, directrice de programmes de Wikimedia France, interrogée par Lesinrocks.com.

Cette initiative n'est pas sans rappeler la protestation française contre Hadopi en 2009, également qualifiée de «blackout». Il ne s'agissait néanmoins que d'afficher des bannières et des avatars noirs sur les réseaux sociaux. En octobre 2011, la version italienne de Wikipedia avait aussi été fermée durant quelques jours, afin de sensibiliser les utilisateurs au sujet de la «loi sur les écoutes».

Ce texte aurait permis à n'importe qui, voyant son image mise à mal sur Internet, de demander à ce que le contenu le concernant soit corrigé. Finalement, comme le rapportait alors Ecrans.fr, la mobilisation a fini par payer puisque le projet de loi a été adouci, introduisant non plus le principe d'un correctif mais d'un droit de réponse.

Alors que la question reste en débat au sein de la communauté de Wikipedia, la position des autres signataires de la lettre de décembre se fait toujours attendre au sujet du blackout. Une fermeture simple de Google et Facebook causerait un manque à gagner de plusieurs dizaines de millions de dollars pour chacune des deux entreprises. Un problème auquel Wikipédia, financé exclusivement par les dons de la communauté, n'a pas à faire face.
 

Un article de Geoffroy Husson, publié par Le Figaro
 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Geoffroy Husson

Source : www.lefigaro.fr