Le télescope Hubble fait mentir une hypothèse sur l'énergie sombre - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 15/03/2011 à 21h43 par Mich.


LE TÉLESCOPE HUBBLE FAIT MENTIR UNE HYPOTHÈSE SUR L'ÉNERGIE SOMBRE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Le télescope Hubble fait mentir une hypothèse sur l'énergie sombre

 

Une équipe de scientifiques utilisant le télescope spatial Hubble a réussi à mesurer avec une précision inégalée la vitesse de l'expansion de l'univers. Ce faisant, ils ont éliminé une hypothèse scientifique sur la nature de l'énergie sombre.

Les résultats de cette recherche, menée par le Dr Adam Riess, de l'Université Johns Hopkins de Baltimore, ont été publiés dans la plus récente édition de la revue The Astrophysical Journal.

Les scientifiques ont utilisé le télescope Hubble, muni de la nouvelle lentille 'Wide Field Camera 3 (WFC3)' pour mesurer de nouveau la distance qui sépare la Terre de certaines étoiles. De nombreuses erreurs ont pu être corrigées grâce à la grande précision de cette nouvelle lentille.

« WFC3 est la meilleure caméra jamais installée sur Hubble pour faire ces mesures, améliorant la précision de mesures passées en une fraction du temps que ça prenait avant », confirme Lucas Macri, un chercheur du laboratoire qui a colligé les données du télescope.

Le Dr Riess et ses collègues ont utilisé ces données pour raffiner leur calcul de la constante de Hubble.

 

La constante de Hubble

La constante de Hubble est une donnée utilisée en cosmologie pour déterminer le taux d'expansion de l'univers. Elle est exprimée en kilomètre par seconde par mégaparsec (un mégaparsec est égal à 3,26 millions d'années-lumière). Pour la calculer, on mesure à la fois la distance qui sépare la Terre d'une galaxie et son décalage vers le rouge. Ces données sont difficiles à obtenir en raison des très grandes distances nous séparant de ces galaxies.

 

Pour recalculer cette constante, les scientifiques ont choisi de se fier à un type de supernovae qui brillent suffisamment pour être vues depuis la Terre, les 1A.

Les nouvelles observations ont ainsi permis de réduire à 3,3 % le taux d'incertitude par rapport à la vitesse de l'expansion de l'univers. Il s'agit d'une mesure 30 % plus précise que ce que l'on estimait en 2009.

La valeur actuelle est fixée à 73,8 km par secondes par mégaparsec. Cela signifie qu'à chaque mégaparsec additionnel nous séparant d'une galaxie, celle-ci s'éloigne de 73,8 km par seconde.

 

 

Les implications de cette précision

L'expansion de l'univers s'effectue à une vitesse de plus en plus rapide. Pour expliquer ce phénomène, une hypothèse scientifique suggérait l'existence d'une énorme bulle, large d'environ huit milliards d'années-lumière, remplie d'énergie sombre, dans notre voisinage galactique.

 

L'énergie sombre est une forme d'énergie dont la nature reste mystérieuse et qui remplirait plus de 70 % de l'univers, selon la NASA. Dotée d'une pression négative, elle se comporte comme une force gravitationnelle répulsive.

 

Mais cette hypothèse est maintenant remise en question par les nouvelles données compilées par les chercheurs. En effet, la théorie de la bulle cosmique nécessite une vitesse de l'expansion de l'univers beaucoup plus lente que ce qui est maintenant déterminé.

« Nous utilisons la nouvelle caméra sur Hubble comme un radar de police pour attraper la vitesse de l'univers », affirme le Dr Riess, ajoutant : « Il semble bien que ce soit l'énergie sombre qui pèse sur la pédale ».

Selon la NASA, l'abandon de cette théorie n'est pas un retour en arrière. « Thomas Edison a dit que chaque hypothèse invalidée était un pas en avant, et ce principe commande toujours l'approche scientifique face aux mystères de l'univers », a déclaré Jon Morse, un astrophysicien directeur à la NASA.

En invalidant la théorie de la bulle cosmique par rapport à la vitesse d'expansion de l'univers, des missions de la NASA comme celle du télescope Hubble nous rapprochent d'une compréhension véritable des propriétés de l'univers.

 

Nous aider

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 





Auteur : Jon Morse, astrophysicien, directeur à la NASA Radio-Canada.ca

Source : www.radio-canada.ca