Le syndrome d'Artaxerxès ou la ponérisation du corps médical - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 20/12/2009 à 11h34 par Jacques.


LE SYNDROME D'ARTAXERXÈS OU LA PONÉRISATION DU CORPS MÉDICAL

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le syndrome d'Artaxerxès ou la ponérisation du corps médical

Constat sélectionné par Jacques

La ponérisation telle que définie par A.Lobaczewsky, peut se constater à de multiples niveaux de la société.

Penchons-nous sur le cas du corps médical, de France et d'ailleurs.

Si vous me permettez de faire un enfant à la liste des syndromes existant, ajoutez celui d'«Artaxerxès 1 »: en effet, la profession médicale a une fâcheuse tendance à vendre son âme aux laboratoires pharmaceutiques et à troquer des pratiques médicales saines, son bon sens et le bien-être de ses patients contre des avantages largement dispensés par une pléthore de visiteurs médicaux qui ont à coeur d'augmenter le C.A. de leur entreprise en fourgant leurs produits.

Sur http://www.atoute.org/n/article15.html les médecins travaillent en toute indépendance intellectuelle, comme le prévoit leur déontologie.

Ils choisissent pour chaque situation le médicament le mieux adapté et le moins coûteux à qualité égale.

Dans la vraie vie, les choses sont un peu différentes. Le citoyen, qui soupçonne les visiteuses médicales des laboratoires pharmaceutiques de faire un peu de promotion, serait ahuri s'il connaissait l'étendue des liens financiers qui pervertissent les relations entre la profession médicale et l'industrie pharmaceutique.

Malgré des tentatives récentes pour assainir la situation, la dégradation de l'éthique médicale est continue, s'accélère et est encouragée par les pouvoirs publics dans une optique d'économie à courte vue ; elle menace profondément la santé des français et le financement de la protection sociale.

Un reportage remarquable de Canal+ concerne un cas d'école : la promotion des hormones de la ménopause par l'AFEM :

http://www.atoute.org/infomed/rozenbaumcanal2007st

En pratique, savez-vous :

Que beaucoup de sociétés savantes dont vous entendez parler dans les médias sont devenues des agences de communication au service de l'industrie pharmaceutique ?

Ayez la curiosité lorsque vous vous promenez sur le site d'une société savante de chercher ses partenaires. Voici un exemple [1]parmi d'autres de société savante largement financée par l'industrie pharmaceutique. Son comité directeur comporte des professeurs d'université. Tout au plus peut-on lui accorder le crédit de publier ses partenariats, ce qui n'est même pas toujours le cas.

Les sociétés savantes ayant refusé ces partenariats disposent de peu de moyens financiers, sont peu citées par la presse professionnelle (voir plus loin) ou grand-public et peinent à survivre à l'ombre des précédentes, richement dotées par leurs sponsors.

Que l'article 26 de la loi du 04/03/2002 n'a reçu ses décrets d'application en 2007 après un recours en Conseil d'Etat ? "Les membres des professions médicales qui ont des liens avec des entreprises et établissements produisant ou exploitant des produits de santé ou des organismes de conseil intervenant sur ces produits sont tenus de les faire connaître au public lorsqu'ils s'expriment lors d'une manifestation publique ou dans la presse écrite ou audiovisuelle sur de tels produits. Les conditions d'application du présent article sont fixées par décret en Conseil d'Etat. Les manquements aux règles mentionnées à l'alinéa ci-dessus sont punis de sanctions prononcées par l'ordre professionnel compétent."

Qui cette loi gênait-elle exactement ? Pourquoi 5 ans sont-ils passés sans que l'on puisse savoir si un professeur qui présente un nouveau médicament dans Paris-Match parle en toute indépendance ou est "sous contrat" avec une firme, comme le sont certaines actrices pour Loréal ? Pourquoi cette loi n'est-elle toujours pas appliquée 3 mois après la publication de son décret ?

Que la presse médicale professionnelle à quelques rares exceptions près est financée par l'industrie pharmaceutique qui y fait la pluie et le beau temps ? Que son autocensure permanente vis-à-vis de ses sponsors suffit à biaiser significativement l'information qu'elle délivre ?

Qu'en pratique, 90% de ce que lit un médecin a été financé par un lobby qui a autorisé, choisi, voire écrit ce que ce médecin devait lire ?

Que la formation des médecins pendant leur carrière est financée majoritairement par l'industrie pharmaceutique ? Avec la bénédiction des autorités de santé et de certains de leurs représentants qui y voient une économie à court terme, sans réaliser que cet abandon a en fait un coût colossal en permettant aux firmes de convaincre les médecins de prescrire de nouveaux médicaments coûteux, sans intérêt par rapport à des médicaments plus anciens, et parfois dangereux ? »

Pour lire la suite, cliquer sur "lien utile"

Pour en savoir plus sur la situation planétaire