Mais pourquoi donc les extraterrestres sont-ils verts, archi verts? Sont-ils des plantes vogageuses?

Le sort du thon rouge en discussion à Doha - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/03/2010 à 03h16 par Lo.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le sort du thon rouge en discussion à Doha

Le sort d'un des plus massifs prédateurs des mers se joue à partir de demain à Doha, au Qatar, où les membres de la Convention sur le commerce international des espèces sauvages menacées d'extinction (Cites) se réunissent jusqu'au 25 mars. Le thon rouge de l'Atlantique, Thunnus thynnus pour les intimes, est une sacrée bestiole. Les individus les plus costauds sont censés dépasser 3 mètres et peser près de 700 kilos.

Seulement voilà, le dernier pêcheur qui en a croisé un de ce calibre risque de le raconter longtemps encore. Les études scientifiques convergent vers une conclusion et une seule : l'effondrement des stocks et la faible taille des prises, qui mènent l'espèce vers l'extinction. « Les scientifiques sont pratiquement certains que le stock est aujourd'hui tombé en dessous de 20 % de ce qu'il était historiquement », indique Charles Braine, le responsable du programme « pêche durable » au WWF, l'organisation de protection de la nature.

La surpêche est très clairement à l'origine de la menace. Les quotas en tiennent compte. Ils étaient encore de 30 000 tonnes en 2007. Ils ont dégringolé à 13 500 tonnes en 2010, dont 2 000 pour les professionnels français. Parmi ceux-ci, les grands bateaux senneurs de Méditerranée se taillent la part du lion. Les artisans pêcheurs de la Côte basque ne « pèsent » que pour 70 tonnes dans ce total. Leurs méthodes de pêche - à la canne essentiellement - ne mettent pas l'espèce en danger.

Le Japon grand amateur

On parle là de la pêche légale. Il est de notoriété publique que certains pêcheurs du pourtour méditerranéen ont tapé dans le stock bien au-delà des quotas autorisés. Les prises sont estimées entre 50 000 et 60 000 tonnes par an, deux à trois fois plus que le potentiel de renouvellement de l'espèce. Près de 80 % des poissons sont achetés par le Japon, dont la tradition culinaire commande de les accommoder en sushi.

Compte tenu des vérités scientifiques disponibles, la principauté de Monaco a demandé l'inscription du thon rouge à l'annexe 1 de la Cites, ce qui en interdirait purement et simplement le commerce. « Les États-Unis sont à peu près sur la même position. La France et l'Europe assortissent leur soutien de conditions compliquées qui visent à retarder la mise en application de l'interdiction. Nos juristes sont en train de travailler dessus. On craint l'introduction d'un biais qui permettrait de botter en touche année après année », commente Charles Braine.

Majorité des deux tiers

Les promoteurs de la sauvegarde du thon rouge plaident pour un raprochement des positions occidentales qui ferait pièce à l'opposition farouche du Japon. Ce pays va se battre pour rassembler un tiers des voix à la Cites, ce qui bloquerait l'inscription à l'annexe 1. « Il a des chances d'arriver à ses fins grâce aux pays caribéens et africains, qui redoutent un précédent. Ce serait la première fois qu'un poisson commercial se retrouverait inscrit à l'annexe 1. Le symbole serait très fort », poursuit Charles Braine.

Dans les temps à venir, la porte s'entrouvrirait pour la protection d'espèces telles que les squales, dont la maturité est très tardive. Quatre grandes espèces de requins font d'ailleurs l'objet d'une demande de classement à l'annexe 2, ce qui en régulerait le commerce. En théorie.

J.-D. R.


Source: Sud-Ouest.com

Info sélectionnée par Lo

SOS-planete

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Lo
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.