Liberté: Le bruit court que Jésus était gay. Bouddha bi. Hitler juif. Marx bourgeois... Et alors ???

Le “shadow banking” : l'autre finance - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/06/2013 à 22h16 par Jacky.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Le “shadow banking” : l'autre finance

 

La finance de l'ombre se développe considérablement dans le monde. Une menace pour le système financier.

Le shadow banking désigne l'ensemble des activités et des acteurs contribuant au financement non bancaire de l'économie. Il regroupe les établissements financiers qui ne sont pas régulés de manière traditionnelle car ils ne reçoivent pas de dépôts, ni ne font appel à l'épargne publique. Ces opérateurs jouent un rôle important dans l'économie, mais échappent au contrôle des Etats et des régulateurs internationaux.

S'ils présentent de gros risques pour les investisseurs, ce « système bancaire » offre souvent des rémunérations attractives. C'est peut-être ce qui explique leur développement à travers le monde. Après une période de baisse considérable marquée par la crise financière de 2008, les investissements réalisés par ces entités non bancaires sont repartis à la hausse.

Avec 23 000 milliards d'actifs en 2011, les Etats-Unis disposent du système bancaire parallèle le plus important au monde. Dans la zone euro, la finance de l'ombre pèse 22 000 milliards de dollars et au Royaume Uni, elle représente 9000 milliards de dollars.

Le Royaume Uni et la Suisse sont les pays où la finance de l'ombre progresse le plus depuis la crise de 2008. Elle a augmenté de 10% au Royaume Uni de 2007 à 2011, et de 6% en Suisse sur la même période.

La multiplication des acteurs de la finance de l'ombre est désignée comme l'un des principaux facteurs de la crise financière de 2008. D'où la nécessité de réguler ce secteur d'activité. En effet, les autorités européennes et même américaines s'inquiètent du risque systémique du Shadow Banking.

La commission européenne a annoncé ainsi sa volonté de s'attaquer à ce système de financement. Selon rtbf.be, « le Financial Stability Board européen a émis un livre vert, avec un ensemble de questions qui devront être débattues au cours de l'année 2012. Ensuite, il s'agira de voir comment englober totalement ou partiellement, ce système bancaire parallèle sous la coupole de la législation bancaire ».

Dans la même lancée, les autorités américaines s'organisent à réguler la finance de l'ombre. Le Conseil de surveillance de la stabilité financière a indiqué, mardi, 4 juin 2013, avoir placé dix grands organismes financiers dans une catégorie susceptible de présenter un risque systémique, c'est-à-dire de mettre en péril le système financier, s'ils venaient à avoir des problèmes.

Mais cette régulation ne sera pas aisée. Ceci parce que même les banques classiques sont impliquées dans la finance de l'ombre. Nombre d'entités de l'ombre bénéficient d'un soutien implicite des banques.

Celui-ci peut prendre plusieurs formes : utilisation d'une marque, d'un réseau de distribution, apport de liquidités... De fait, une partie importante du shadow Banking est liée aux banques. Et c'est bien ce qui pose problème pour le régulateur.

Il y a donc nécessité de trouver une réponse mondiale et bien concertée à ce problème.

 

Un article de Ruben TCHOUNYABE, publié par mosaic5.com et relayé par SOS-planete

 

 

Le Buzz du moment : Boycott MONSANTO : la liste des marques complices

Notre page officielle Facebook - Nos actualités sur votre mobile via Twitter

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Jeudi, 5781 visiteurs !!!

 

Auteur : Ruben TCHOUNYABE

Source : mosaic5.com

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Jacky
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.