Le saut tribal du n'gol, ancêtre du bunji - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 03/01/2012 à 18h05 par Kannie.


LE SAUT TRIBAL DU N'GOL, ANCÊTRE DU BUNJI

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le saut tribal du n'gol, ancêtre du bunji

 

Fuir un époux tyrannique peut avoir des conséquences inattendues. En témoigne cette tradition séculaire du Sud de l'île de Pentecôte, au Vanuatu...

On dit qu'il y a fort longtemps, pour échapper aux réprimandes de son mari, une femme s'était réfugiée au sommet d'un banian (ou d'un cocotier, selon les versions). L'homme, furieux, la poursuivit dans l'arbre. La femme se jeta dans le vide, l'homme aussi, sans remarquer la liane qu'elle s'était attachée autour des genoux et qui lui sauva la vie tandis que lui périt...

Depuis, après les pluies, en avril, quand les lianes sont encore humides et élastiques, les hommes de Pentecôte perpétuent la légende, s'élançant dans le vide pour prouver leur virilité et montrer aux femmes qu'ils ne seront plus dupes.

Le saut du n'gol (ou gol) est également un rituel de fertilité. C'est après la récolte d'igname que l'on érige les tours du haut desquelles les candidats au statut d'homme s'élanceront à 20 mètres du sol.

La longueur des lianes est choisie pour qu'à l'issue du saut le front touche le sol (meuble), garantissant la prospérité de la prochaine récolte.

Unique, l'événement attire de plus en plus de touristes. Parmi eux, le Néo-Zélandais AJ Hackett, qui s'en est inspiré pour inventer le saut à l'élastique. Une histoire décidément riche en rebondissements.

 

Un article de Benedicte Menu, publié par lefigaro.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Benedicte Menu

Source : www.lefigaro.fr