Puisque nous sommes dans l'oeil du cyclone, place à La mort d'Orion de Gérard Manset (Clips vidéos)

Le salon de l'herbe cultive sa fibre bio - Le Vrai d'UFO's ;o)

Accueil

Cette actualité a été publiée le 02/06/2010 à 21h07 par Lo.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le salon de l'herbe cultive sa fibre bio

Le salon de l'herbe s'achève ce soir sur les prairies de Villefranche-d'Allier. Cette année, l'accent est mis sur l'agriculture biologique et l'autonomie fourragère.

Le salon de l'herbe se met au vert. Pour la première fois cette année, le bio y tient une place prépondérante. Un juste retour des choses, pense-t-on sur le stand du pôle scientifique de l'agriculture biologique du Massif central. «C'est devenu une tendance lourde, l'effet de mode est passé» constate Jean-Louis Mosnier, son président.

Dans un contexte de crise durable, les producteurs sont en effet de plus en plus nombreux à franchir le pas de la conversion, pour satisfaire la demande du grand public. Le crédo des consommateurs : «Trouver des produits sains !»

«On a pas mal de visites d'agriculteurs, effectivement» constate Jean-Louis Mosnier. Ce qu'ils viennent chercher ? «Avant tout qu'on leur explique le résultat de nos recherches. Nous avons beaucoup travaillé sur les retombées économiques de l'agriculture bio. En résumé, c'est aussi rentable qu'une exploitation conventionnelle, avec moins de dépenses en engrais, produits vétérinaires».

Claude Chézeau, vice-président d'Allier bio, complète : «Beaucoup d'agriculteurs se reconvertissent aussi pour préserver leur propre santé. On s'est rendu compte que les produits utilisés pendant des années étaient néfastes à plus d'un titre...»

La présence accrue de la filière biologique sur le salon de l'herbe colle parfaitement au thème central de cette édition 2010 : l'autonomie fourragère.

Avec un « gros accent » mis sur les légumineuses (luzerne, trèfle), des plantes qui permettent de combler les besoins en protéines dont les vaches ont besoin pour produire du lait ou de la meilleure viande. «Comme quoi, importer du soja d'Argentine, ce n'est pas une fatalité. On peut aussi récolter ce dont on a besoin en France».

Lien : ici

SOS-planete

Auteur : Tanguy Ollivier

Source : www.lamontagne.fr

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter Lo
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.