Le rôle de l'océan austral dans le réchauffement climatique - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 16/03/2013 à 14h59 par kannie.


LE RÔLE DE L'OCÉAN AUSTRAL DANS LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le rôle de l'océan austral dans le réchauffement climatique

 

Le réchauffement climatique et une de ses causes majeures, l'augmentation de la concentration en dioxyde de carbone (CO2) dans l'air, sont, on le sait, plus que jamais d'actualité. Tous les modèles climatiques indiquent en effet que sans l'augmentation observée des gaz à effet de serre dans l'air, il est impossible d'expliquer l'augmentation progressive de la température globale sur Terre depuis plus d'un siècle.

Il est donc impératif de comprendre le cycle du carbone lié aux émissions de CO2, qu'elles soient naturelles ou consécutives aux activités humaines. Il existe plusieurs moyens d'y parvenir.

L'un d'entre eux consiste à analyser les données du passé de l'histoire de la Terre telles que révélées, par exemple, par les carottages effectués dans les calottes glaciaires du Groenland et de l'Antarctique.

L'analyse fine du contenu des bulles d'air enchâssées dans les glaces au cours du temps montre que lors des phases chaudes du climat du dernier million d'années, appelées interglaciaires, la concentration en CO2 dans l'air a varié entre 235 et 300 ppmv (parties par million en volume). A titre de comparaison, signalons que la concentration en CO2 dans l'air était de 280 ppmv au début de la révolution industrielle et est actuellement de 395 ppmv, soit une augmentation de quelque 115 ppmv en 200 ans.

Cela montre aussi combien les concentrations qui caractérisent naturellement les interglaciaires sont déjà dépassées. Expliquer pourquoi la concentration en CO2 était aussi différente d'un interglaciaire à l'autre est un des défis à relever pour comprendre le cycle du carbone et espérer pouvoir projeter les concentrations futures de CO2 en fonction du comportement de la nature et de celui des sociétés.

C'est l'objet de la recherche publiée aujourd'hui dans Nature par le Dr Qiuzhen Yin (UCL), recherche menée grâce à l'ERC octroyé en 2009 au Pr André Berger (UCL) par le Conseil européen de la recherche.

Un des mystères réside non seulement dans l'existence de ces différentes concentrations interglaciaires, mais aussi dans le fait que la concentration était en moyenne environ 40 ppmv plus faible lors des interglaciaires antérieurs à 430,000 ans avant le présent qu'après. Cette date porte le nom de Mid-Brunhes Event, MBE.

L'article de Nature fournit les éléments d'une explication probable de cette différence systématique. Son auteur, Qiuzhen Yin, montre que les seules variations dans l'énergie reçue du Soleil, dues aux variations des éléments astronomiques de l'orbite de la Terre et de son axe de rotation, conduisent à une différence de régime entre les interglaciaires avant et après le MBE. Elle ajoute qu'il n'est pas indispensable d'évoquer l'existence d'un événement singulier au MBE, sans toutefois en exclure la possibilité.

Cette démonstration repose sur la modélisation du comportement de l'Océan austral. Suite aux rétroactions liées à la glace de mer, à l'évaporation et à la salinité, les changements d'insolation conduisent, en effet, à une formation d'eau profonde plus vigoureuse et à une ventilation plus intense de l'Océan austral avant le MBE qu'après.

De plus, l'accroissement de la différence d'insolation entre les hautes et les basses latitudes conduit à des courants d'ouest plus forts qui intensifient aussi à leur tour la plongée des eaux dans l'Océan austral.

Cette activation de la formation d'eau profonde conduit à un océan profond plus froid avant le MBE qu'après. Or cette convection océanique joue un rôle important dans le cycle du carbone : en plongeant, les eaux entraînent une grande quantité de CO2 qui se dissout facilement dans les eaux froides où il est stocké.

 

Les icebergs, source de vie dans l'océan Austral
 

Cette première tentative d'expliquer pourquoi les concentrations en CO2 sont plus faibles avant qu'après le MBE souligne le rôle fondamental joué par l'Océan austral profond dans la concentration en CO2 dans l'air. Elle plaide aussi en faveur d'une meilleure connaissance de son comportement futur.

Cette recherche menée, on l'a dit, dans le cadre de la subvention pour chercheurs expérimentés octroyée par le Conseil européen de la recherche au Professeur André Berger, dont Qiuzhen Yin assure l'exécution, a pour but de mieux connaître les interglaciaires du dernier million d'années en vue d'améliorer la fiabilité des projections pour le climat futur.

Elle démontre par ailleurs l'importance de ces ERC consacrés à la recherche fondamentale qui peuvent déboucher, de façon inattendue, sur des résultats concrets.

 

Un article de bulletins-electroniques.com, relayé par SOS-planete

 

SOS-planete, c'est environ 5500 visiteurs par jour ! 32 millions depuis la conception en 1999. Pourtant, l'association Terre sacrée qui édite le site repose actuellement sur à peine 95 adhérents et 9 lanceurs passionnés.
N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Apportez votre petite pierre à une évolution compatible avec la Vraie Vie...

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete. Si vous jugez son contenu intéressant, n'hésitez pas à le partager au sein de votre entourage proche et virtuel (contacts, réseaux sociaux). Un petit clic qui se propagera naturellement sur la Toile. Merci de participer, à votre façon, à cette tâche d'information et d'éveil des consciences, donc à la sauvegarde de notre planète vivante et de l'Humanité.

 

Le module de news "Comment va la belle bleue ?" en grand écran

Lance-toi ! Deviens lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage ! - Alertes

Recevoir chaque jour les infos scientifiques dans sa boite aux lettres

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Mine de connaissances - Contacter l'équipe : vivant12)at(free.fr

 





Auteur : Ministère des Affaires Etrangères et Européennes

Source : www.bulletins-electroniques.com