Vaccin impossible : La covid mute et se recombine. Au Danemark, des visons ont déjà infecté l'Homme!

Le règne des prédateurs gélatineux - Demain l'Homme

Accueil

Cette actualité a été publiée le 07/08/2012 à 10h43 par kannie.

SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par mail
Le règne des prédateurs gélatineux

Banc de méduses Aurelia

 

Dans plusieurs mers du globe, surpêche et pollution ont favorisé une espèce qui se développe de façon exponentielle : les méduses. C'est le cas en Mer Noire ou dans la Mer du Japon.

De nombreuses études montrent qu'elles sont parfois des prédateurs plus efficaces que les poissons. Et pourtant, elles n'ont pas de moyen de propulsion propre et dépendent des courants marins pour leur navigation et donc leur nourriture. Mais ces organismes flottants entre deux eaux créent de légers contre-courants près des tentacules qui poussent leurs proies dans les filaments, où elles sont tuées puis digérées.

L'un des spécialistes de ces créatures, le biologiste Jose Luis Acuña (Université d'Oviedo, Espagne) explique dans la revue Science que ces organismes ont beau être primitifs, « ils n'en sont pas moins aussi efficaces que les poissons comme prédateurs capables de capturer une proie et de transformer cette énergie en croissance de la masse corporelle et de la reproduction ».

Plus une méduse est grande, plus elle a de chances de capturer de proies et donc de grandir encore. Ainsi la redoutable méduse à crinière de lion (Cyanea capillata) est la plus grande jamais observée : son corps peut dépasser 2 mètres de diamètre et ses tentacules peuvent atteindre 37 mètres de long !

 

Les filaments sont souvent beaucoup plus longs que l'ombrelle
 

Leur spectaculaire prolifération est en train de modifier certains écosystèmes comme dans l'Atlantique Sud, au large de la Namibie, dans le courant de Benguela, où les sardines qui mangeaient habituellement les méduses ayant été surpêchées, sont remplacées par un autre poisson, le gobi pélagique (Sufflogobius bibarbatus), qui, se nourrissant des méduses s'est mis à proliférer à son tour, jusqu'à devenir une proie pour les oiseaux, les poissons et même les humains. Tout cela n'est pas sans conséquences écologiques.

 


Un aperçu de la taille possible...
 

Comme le conclut le professeur Acuña : « Il serait temps de prendre les méduses au sérieux en tant que prédateur et de les considérer aussi comme une nourriture possible ».

 

Un article de wikiocean.org

 

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

      

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 

Auteur : WikiOcéan

Source : www.wikiocean.org

  • Lire les commentaires
  • Lien utile / source de l'actualité
  • Modifier cette actualité
  • Contacter kannie
  • Recommander cette actualité
  • Imprimer cette actualité
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr

Commentaires des internautes

Laisser un commentaire sur cette actualité

Aucun commentaire n'a encore été déposé sur cette actualité.