Le réchauffement pourrait transformer les océans - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 21/02/2011 à 21h29 par Tanka.


LE RÉCHAUFFEMENT POURRAIT TRANSFORMER LES OCÉANS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Le réchauffement pourrait transformer les océans

 
Titre original : Le réchauffement pourrait transformer les océans en bouillons de cultures hautement toxiques

Sans tomber dans le catastrophisme, il y a de quoi s'inquiéter à la lecture des perspectives évoquées lors de la réunion annuelle de l'Association américaine pour l'avancement de la Science (AAAS) qui se tenait samedi à Washington.

Certes, ces prévisions ne reposent que sur des modèles informatiques mais elles indiquent clairement que le réchauffement climatique pourrait directement et rapidement, d'ici trente ans, affecter la santé humaine en favorisant la prolifération d'algues toxiques et de micro-organismes nocifs dans les océans.

Des algues toxiques vont gagner du terrain

L'étude la plus inquiétante a été fournée par Stephanie Moore, du Centre des océans et de la santé humaine de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration).

Elle s'est intéressée au cycle de vie de l'"Alexandrium catocitenella", une algue toxique qui prolifère dans l'estuaire du Puget dans l'Etat de Washington (nord-ouest).

Selon elle, tout indique que la hausse des températures va prolonger la durée de vie de ces algues de trois mois et que le phénomène pourrait être perceptible d'ici trente ans, voire dès la prochaine décennie.

Or, cette algue produit une toxine qui s'accumule dans les coquillages.

La consommation de ces fruits de mer contaminés peut provoquer des symptôme gastro-intestinaux et neurologiques plus ou moins graves et parfois mortels.

Quand la poussière des déserts dope des bactéries dangereuses
Autre effet inattendu du réchauffement climatique et de la désertification qui l'accompagne : la poussière des déserts, de plus en plus présente dans l'atmosphère (voir ici la photo prise par satellite), pourrait favoriser la prolifération des bactéries dans les océans.

Cette poussière contient en effet du fer qui se dépose dans les océans et dope le développement de bactéries vibrios qui provoquent des gastro-entérites et plusieurs autres maladies infectieuses.

Sur le site de la NOAA, on peut lire le témoignage impressionnant d'un scientifique, Eric Lipp, qui a réalisé une étude sur le sujet : "Vingt-quatre heures après avoir mélangé de la poussière du désert venant du Maroc avec des échantillons d'eau de mer, nous avons observé une multiplication des bactéries vibrios de dix à mille fois dont une souche capable de provoquer le choléra".

Depuis 1996, les cas d'infections avec ces bactéries liées à la consommation de fruits de mer, ont explosé de 85% aux Etats-Unis.
 

Nous aider

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 





Auteur : lesinfosvertes.hautetfort.com

Source : lesinfosvertes.hautetfort.com