Le réchauffement climatique féminise les populations de tortues marines - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 01/02/2010 à 21h42 par Tanka.


LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE FÉMINISE LES POPULATIONS DE TORTUES MARINES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Le réchauffement climatique féminise les populations de tortues marines

Information recueillie par Tanka

L'Année internationale de la biodiversité est l'occasion de se pencher sur le sort de nombreuses espèces en danger. Notamment celle des tortues marines. Le réchauffement climatique, la pêche et la pollution leur font payer un lourd tribut. Certains chercheurs estiment que nombre d'entre elles pourraient définitivement s'éteindre, il y a urgence...

La pêche, la pollution et maintenant le réchauffement climatique. Le sort des sept espèces de tortues marines qui cohabitent dans les océans du globe et fréquentent assidûment les eaux territoriales françaises effraie les chercheurs. La pêche, et surtout le hameçonnage et l'utilisation de grands filets dérivants ont déjà eu raison d'un nombre important de tortues marines, espèce classée « en danger d'extinction » par l'Union internationale de Conservation de la nature (UICN).

Les plastiques : sosies des méduses

La pollution marine décime également les populations de tortues marines. Confondant les plastiques et les polystyrènes avec leurs proies de prédilection, les tortues ingèrent en grandes quantités sacs, préservatifs, emballages. Ce qu'elles prennent pour des méduses leur causent des occlusions intestinales et les tuent.

C'est dans le cadre de leur sauvegarde et pour ébaucher des solutions qu'un colloque a été organisé au Muséum d'histoire naturelle fin janvier. Des chercheurs du monde entier étaient réunis pour élaborer des pistes et trouver des solutions efficaces pour éviter que l'espèce ne disparaisse totalement. Avant de les protéger, il faut les localiser. Les tortues marines étant bien plus difficiles à suivre que leurs cousines terrestres, les chercheurs font souvent appel à des balises Argos. Mais pour connaître leurs modes de vie, de nouveaux outils font leur apparition. Sont notamment utilisés des capteurs de pression qui permettent de déterminer les mouvements de la tortue en immersion. D'autres encore détectent l'ouverture et la fermeture du bec. De telles données extrapolées dans 50 ans offrent aux chercheurs des pistes de réflexion plus concrètes pour élaborer des politiques de sauvegarde.

Les mâles disparaissent sous l'effet de la... chaleur

Autre problème de taille qui pousse les scientifiques à craindre pour la survie des tortues marines : le réchauffement climatique. La montée du niveau des eaux inondera les plages servant de refuges aux tortues pour la ponte. Et plus étrange, le réchauffement des mers du globe pourrait venir à bout des tortues mâles. En effet, chez les tortues marines, le sexe de l'animal n'est pas conditionné par les chromosomes mais par la température d'incubation des oeufs, et principalement lors du deuxième tiers du développement de l'embryon. Si la température est supérieure à 29°C, c'est une tortue femelle qui brisera sa coquille. Si, au contraire, la température est inférieure à 29°C, naîtra une tortue mâle.

« Avec le réchauffement climatique, on risque à coup sûr de se retrouver avec une féminisation des populations mondiales de tortues marines. Cela veut dire que les mâles vont disparaître », alerte Jacques Fretey, le co-directeur du groupe d'experts sur les tortues marines de l'UICN. Si les problèmes de la pollution et de la pêche peuvent être endigués rapidement par des mesures immédiates, le fléau global du réchauffement climatique, qui n'impacte pas que les tortues marines, ne pourra se résorber qu'avec des politiques fortes au niveau mondial.

Par Albane Wurtz - Source : developpementdurable.com

Pour en savoir plus sur la situation planétaire