Le premier ministre Harper est arrivé à Copenhague - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 18/12/2009 à 15h56 par Tanka.


LE PREMIER MINISTRE HARPER EST ARRIVÉ À COPENHAGUE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Le premier ministre Harper est arrivé à Copenhague

Information recueillie par Tanka

Le premier ministre Stephen Harper est arrivé à Copenhague, jeudi, où il prendra part aux travaux de la conférence sur les changements climatiques en compagnie d'autres chefs d'État et de gouvernement.

Les travaux sont présentement dans une impasse causée par un différend fondamental entre pays riches et pauvres sur le financement des mesures de lutte au réchauffement climatique.

Cependant, plus tôt jeudi, la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, a révélé que les États-Unis étaient disposés à participer au financement d'un fonds annuel de 100 milliards $ à être remis aux pays en voie de développement afin qu'ils puissent financer des programmes de lutte au réchauffement.

De plus, certains pays riches ne s'entendent pas entre eux sur les cibles de réduction d'émissions de gaz à effet de serre (GES) à atteindre. cet effet, le Canada a été largement critiqué au cours des derniers jours en raison des dommages environnementaux causés par l'exploitation des sables bitumineux de l'Alberta.

Jeudi, la chancelière allemande, Angela Merkel, a déclaré que les États-Unis devaient s'engager à réduire davantage leurs émissions de gaz. Avant son départ pour Copenhague, Mme Merkel a dit souhaiter que la présence d'une centaine de chefs d'État et de gouvernement insufflerait une nouvelle énergie pour conclure la conférence sur un succès.

Entre-temps, une étude parue dans la revue scientifique Nature montre que l'élévation du niveau des mers pourrait être un problème plus urgent que prévu. La recherche dirigée par une équipe de l'Université de Princeton, dans l'État du New Jersey, indique notamment que si la température actuelle sur Terre se réchauffe au point d'atteindre les valeurs enregistrées il y 125 000 ans, les calottes glaciaires du Groenland et de l'Antarctique courent le risque d'une désintégration à grande échelle.

Pour en savoir plus sur la situation planétaire