Le PNUE pointe l'accélération de la fonte des glaciers - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/12/2010 à 18h15 par Tanka.


LE PNUE POINTE L'ACCÉLÉRATION DE LA FONTE DES GLACIERS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Le PNUE pointe l'accélération de la fonte des glaciers

Le PNUE (Programme des Nations unies pour l'Environnement) a tiré la sonnette d'alarme lors du sommet de Cancun (Mexique), qui s'achèvera demain. Selon son dernier rapport, les glaciers de Patagonie (Amérique du Sud) et ceux situés en Alaska (Etats-Unis) fondent encore plus rapidement que les autres. Une situation inquiétante provoquée, comme dans la quasi-totalité des autres régions concernées, par le réchauffement climatique.

« La science nous démontre que nous faisons face à une tendance générale de la fonte des glaciers à cause du réchauffement climatique », a déclaré le directeur exécutif du PNUE Achim Steiner lors de la présentation de cette étude. Il a ajouté que celle-ci met en avant une accélération significative du recul des glaciers dans certaines régions du monde depuis le début du XXe siècle.

Selon l'organisation onusienne, les glaciers patagons et alaskiens ont reculé respectivement de trente-cinq et de vingt-cinq mètres entre 1960 et 2003. L'évolution serait à peine moins préoccupante au nord des Etats-Unis et au sud du Canada. Grâce à d'abondantes précipitations, certains glaciers ont cependant vu leur superficie augmenter depuis 1860.

C'est notamment le cas en Norvège, en Nouvelle-Zélande et dans certaines zones de la Terre de feu, en Amérique du Sud. Reste que, dans certaines régions touchées de plein fouet par la hausse des températures, les glaciers pourraient purement et simplement disparaître avant la fin du siècle. D'après les experts la glace resterait mais serait par ailleurs fortement réduite dans d'autres.

Cette situation aura irrémédiablement des conséquences dramatiques, aussi bien pour les habitants établis à proximité des glaciers que pour les espèces animales.

Les millions de personnes vivant en contrebas des glaciers de l'Himalaya, lesquels ont été placés début octobre sous surveillance satellitaire, peuvent s'inquiéter. Madhav Karki, directeur général adjoint du ICIMOD (Centre international de mise en valeur intégrée des montagnes), n'ignore pas les risques auxquels ces populations sont désormais confrontées et réclame l'aide logistique et financière de la communauté internationale.

Un appel d'autant plus légitime que la fonte des glaciers a ces quatre dernières décennies provoqué des inondations d'une ampleur inédite en Chine, au Népal et au Bhoutan – la Patagonie et la Cordillère des Andes (Amérique du Sud) ayant elles aussi dû faire face à des intempéries dramatiques .

Quelques mois après avoir signé un accord avec les autorités indonésiennes pour lutter contre la déforestation – le pays doit verser une aide d'un milliard de dollars (environ sept cent cinquante-cinq millions d'euros) à Djakarta à partir de 2014 – , la Norvège a montré l'exemple en débloquant une aide de douze millions de dollars (neuf millions d'euros) étalée sur cinq ans à destination des Etats du pourtour himalayen.

Elle ne suffira assurément pas à sortir l'Inde, le Pakistan et la Chine de la panade annoncée mais constitue peut-être l'ébauche d'une nouvelle dynamique. Les grandes oeuvres commencent souvent par de petits gestes.

Devenez lanceur d'alertes

SOS-planete





Auteur : Stéphanie Hugot-Lusignan

Source : www.zegreenweb.com