Le plus grand répertoire des savoirs traditionnels - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 04/10/2010 à 21h13 par Jacques.


LE PLUS GRAND RÉPERTOIRE DES SAVOIRS TRADITIONNELS

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre

Inventorier, sauvegarder et promouvoir les techniques durables : l'Institut international des savoirs traditionnels représente une nouvelle étape dans la protection de l'environnement.

Réintoduire des techniques traditionnelles préhistoriques, autrefois utilisées pour bâtir le paysage agricole comme les cultures en terrasses ou les systèmes de recueil de l'eau de pluie, est l'un des nombreux objectifs de l'Institut international des savoirs traditionnels (International Traditional Knowledge Institue, ITKI).

« L'Institut vise à créer un centre international pour l'étude et la diffusion des savoir-faire du monde entier et de les réhabiliter dans un usage novateur », explique Giulia Dagliana, en charge des activités de développement et de coopération de l'ITKI. A l'instar des méthodes d'irrigation vieilles de 3 000 ans, comme les galeries drainantes souterraines utilisées au Sahara, en Chine ou en Iran, des milliers de solutions anciennes ou actuelles à la désertification, au manque d'eau, aux éboulements ou au gaspillage d'énergie sont à préserver.

« Ce que nous voulons, c'est reprendre le fil de la tradition, expliquait Pietro Laureano, président de l'ITKI, lors de la présentation officielle du projet en mai dernier. Le patrimoine culturel ne se trouve pas seulement dans les monuments ou les galeries. Il est inscrit dans le territoire, les ouvrages et les paysages façonnés par l'homme. »

Soutenu par l'Unesco, l'Institut, installé près de Florence, en Italie, collectera les techniques anciennes mais aussi les réalisations modernes qui viendront enrichir la banque mondiale des savoirs traditionnels (Traditional Knowledge World Bank, TKWB), créée en 2005.

Pour Giulia Dagliana, la conservation et la diffusion des savoirs traditionnels sont aujourd'hui une priorité « si nous voulons que les innovations, anciennes ou à venir soient au service d'un monde durable. »

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 
.
.





Auteur : Oriane Laromiguière

Source : www.nationalgeographic.fr