Le plaidoyer évolutionniste de Jean-Marie Pelt - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 12/01/2011 à 15h49 par Jacques.


LE PLAIDOYER ÉVOLUTIONNISTE DE JEAN-MARIE PELT

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre

Dans son ouvrage L'évolution vue par un botaniste (Fayard), à paraître vendredi, le Messin chemine entre sciences et philosophie. Il porte un regard « résolument évolutionniste » et « raisonnablement darwinien ». Interview.

en quoi ce 57 e ouvrage éclaire-t-il la liste déjà imposante de vos contributions à l'écologie ?

Jean-Marie PELT : « C'est un sujet que j'ai mûri tout au long de ma carrière. Ce livre d'or marque l'aboutissement de 50 ans de travaux. J'ai beaucoup médité la question de l'évolution, notamment à travers les vifs débats opposant les darwinistes aux créationnistes américains.

J'ai découvert avec stupéfaction à quel point l'évolution était étrangère à l'enseignement de la botanique. Le nom de Darwin était totalement étranger à ce monde et restait l'apanage des généticiens et des zoologistes. Mais mon adhésion au néodarwinisme s'est heurtée à un doute né de l'observation des mécanismes évolutifs : peut-on tout expliquer par la théorie de la sélection naturelle ?

Comment expliquer ainsi l'incroyable capacité qu'ont les ophrys [orchidées], de transformer un de leurs pétales, le labelle, en un mime d'insecte ? »

Votre thèse repose sur le principe d'associativité. Quel est-il ?

« On l'observe dans le cosmos, dans la construction des atomes, mais pas seulement. Ce phénomène, je l'ai pisté aussi chez les plantes.

Leur univers est animé par un mécanisme redondant visant à protéger toujours mieux le gamète femelle par l'addition de tuniques protectrices, celle-ci s'emboîte autour de lui comme des poupées russes.

Comment expliquer, en outre, par la seule sélection naturelle, le mécanisme de miniaturisation des fleurs qui les regroupe en société de fleurs, comme c'est le cas de la marguerite ou de l'edelweiss ?

Apparaît alors l'idée qu'il y a un sens dans l'évolution. Mais il s'agit là d'une perception philosophique tirée de l'observation.

Laquelle va à l'encontre de cette idée dominante qui fait du hasard, l'unique moteur de l'évolution. Il y a, certes, le hasard, mais pas seulement. Voilà pourquoi je suis résolument évolutionniste et raisonnablement darwinien. »

Ne va-t-on pas accuser le Chrétien que vous êtes de jeter un pont entre évolutionnisme et créationnisme ?

« Il n'y a pas de pont possible. Le créationnisme est une ineptie sans le moindre fondement scientifique. Il procède de la confusion des genres et prospère sur la confusion des esprits. La Bible est porteuse de sens, non de science.

En revanche, mon livre démontre qu'aucune hypothèse scientifique n'est jamais définitive. Preuve sans doute que l'on peut être scientifique et croyant. »

La rédaction de cet ouvrage vous a-t-elle éloigné de l'urgence climatique au moment où certains scientifiques contestent les rapports d'évaluation du Giec ?

« Non pas du tout. Le grand changement climatique est en cours. On m'annonce 3°C à Delhi, c'est du jamais vu. Tout comme les inondations en Australie, où les profondes modifications qui affectent le climat méditerranéen. J

usqu'à Copenhague, on incriminait les seuls gaz à effet de serre. On suppose aujourd'hui qu'ils ne sont pas l'unique cause du désastre qui peut être davantage engagé qu'on ne le dit. »

En 2007, vous souteniez la candidature de Nicolas Hulot à la présidentielle. Alors qu'il semble hésiter pour 2012, reste-t-il votre favori ?

« Oui, je pense qu'il est le meilleur candidat des écologistes. Il a joué un rôle fondamental dans l'éveil des consciences. Mais je ne crois pas qu'il se jettera dans une telle bataille.

La politique est un monde brutal dans lequel il aurait beaucoup à perdre. Il y réfléchira à deux fois. »

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........

 
.
.

Devenez lanceur d'alertes





Auteur : Xavier BROUET

Source : www.republicain-lorrain.com