Le pic pétrolier mondial : on doit s'y préparer dès maintenant ! - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 10/03/2010 à 18h15 par Jacques.


LE PIC PÉTROLIER MONDIAL : ON DOIT S'Y PRÉPARER DÈS MAINTENANT !

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le pic pétrolier mondial : on doit s'y préparer dès maintenant !

On sait que le pétrole est une ressource énergétique non renouvelable car sa formation nécessita des millions d'années. Il est donc épuisable.

On annonce régulièrement dans les médias que les réserves prouvées (celles que l'on sait exploiter dans les conditions économiques et techniques actuelles) représentent une quarantaine d'années de consommation courante. Doit-on en conclure que l'on est tranquille pour 40 ans? Absolument pas.

Les professionnels du pétrole utilisent cet indicateur car il donne une idée de l'importance de la quantité de pétrole exploitable à ce jour. Mais pour le public il est trompeur à un double titre.

Tout d'abord il s'applique à la consommation de l'année en cours ; or, hors crise financière et économique, la consommation mondiale croît. Ainsi de 1998 à 2007 elle est passée de 3,439 à 3,939 millions de tonnes, soit une croissance moyenne de 1,5% par an[1].

En 2008 les réserves prouvées étaient estimées à 170,8 milliards de tonnes soit 43 années de consommation 2008. Si on suppose que la croissance de la consommation reprend au même rythme qu'avant la crise (1,5% par an), le calcul aboutit à une durée de 33 ans seulement.

Ensuite, et c'est même le point le plus important, la production ne peut être indéfiniment croissante jusqu'à épuisement des réserves ... puis plus rien. La production d'un gisement pétrolier croît, atteint un maximum, puis décroît.

Ce maximum est atteint bien avant épuisement du pétrole ultimement extractible ; une règle approchée est : le maximum apparaît quand la production cumulée devient égale à la moitié de la production ultime du gisement.

Comme on le verra plus loin, ce pic a déjà été dépassé dans de nombreux pays.

Au niveau mondial on aura le même phénomène : la production de pétrole aura un maximum[2]. Le tout est de savoir quand.

Afin de mieux comprendre ce phénomène on va d'abord regarder de plus près ce que l'on entend par réserves. Puis on examinera quelques données sur la production et les réserves. On abordera ensuite la théorie et la pratique du pic de production pour finir sur le débat concernant le pic pétrolier mondial.

Des estimations probabilistes des réserves à une date donnée

Les professionnels du pétrole estiment les réserves connues selon leur probabilité d'extraction au moment de l'estimation.

* Les réserves prouvées (RP1) sont celles que l'on est pratiquement sûr de pouvoir exploiter, c'est-à-dire la production cumulée future ayant au moins 90% de chances d'être extraite

* Les réserves probables (RP2) représentent la production cumulée future ayant entre 50% et 90% de chances d'être extraite

* Les réserves possibles (RP3) représentent la production cumulée future ayant entre 10% et 50% de chances d'être extraite

En général, au fil du temps, dans un gisement RP2 et RP3 tendent à devenir RP1

La somme de ces trois types de réserves constitue les réserves découvertes (RD) : RD=RP1+RP2+RP3

On estime également les réserves non découvertes (RND) avec le même type d'approche probabiliste.

Si PC désigne la production cumulée au jour de l'estimation, la production ultime PU (production cumulée maximale) est PU=PC+RD+RND. C'est in fine celle-là qui compte.

Dans un gisement on n'arrive jamais à extraire tout le pétrole dans le sol (TPS) ; autrement dit RD est toujours inférieur à TPS.

On appelle taux de récupération (TR) le ratio RD/TPS.
Ce ratio est très important car il varie en fonction des progrès technologiques (et donc du temps). Au niveau mondial, en 50 ans il est passé de 20% à 35%, soit un accroissement de +75% ! Il influe donc fortement sur l'estimation des réserves.

Les définitions précédentes ne tiennent pas compte des conditions économiques (coûts d'extraction du pétrole). C'est pourquoi on adopte aussi deux définitions pragmatiques.

* Le pétrole conventionnel est celui qui peut être produit dans les conditions techniques et économiques actuelles (jusqu'ici essentiellement du pétrole liquide dans les terres émergées)

* Le pétrole non conventionnel, à l'inverse, ne peut être produit dans les conditions techniques et économiques actuelles (sables et schistes bitumineux, pétrole maritime très profond, etc.)

On rappelle que les estimations de réserves sont valables à la date de leur évaluation et peuvent donc varier dans le temps. En général quand on parle de « réserves » sans précision on désigne les réserves prouvées.

Quelques données sur la production et les réserves de pétrole

La production de pétrole.../...

Pour lire la suite de ce dossier, cliquer sur "lien utile"

Source : notre-planète-info

Info sélectionnée par Jacques

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........