Le PDG de BP assure que l'heure du rebond a sonné - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 26/10/2011 à 21h06 par Fred.


LE PDG DE BP ASSURE QUE L'HEURE DU REBOND A SONNÉ

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le PDG de BP assure que l'heure du rebond a sonné

 
Bob Dudley a assuré que la production et les cash-flows ont retrouvé le chemin de la croissance. Il vise 45 milliards de dollars de cessions d'actifs, contre 30 milliards budgétés précédemment. La marée noire dans le Golfe du Mexique pourrait lui coûter moins cher que prévu.

« Octobre 2011 sera le mois du retournement », a lancé ce mardi Bob Dudley, le patron de BP, comme un défi aux sceptiques qui estiment que le groupe pétrolier ne s'est pas encore relevé de la marée noire aux Etats-Unis l'an dernier.

A l'occasion de la présentation de résultats trimestriels marqués par un profit en légère baisse, à 5,14 milliards de dollars, mais un peu meilleur qu'attendu, le groupe britannique a rejeté les appels à la scission de ses activités d'aval. Il a aussi promis un retour à la croissance de la production d'hydrocarbures et des cash-flows.

« Entre aujourd'hui et 2016, nous allons augmenter notre production d'un million de barils par jour et les marges seront le double de celles que nous enregistrons en ce moment », a assuré celui dont tout le monde doutait de la « vista » après l'échec des négociations avec le russe Rosneft pour explorer l'Arctique.

La production va croître à plus de 3,4 millions de baril par jour au quatrième trimestre, contre 3,32 millions au troisième. Les capacités d'autofinancement doivent progresser de 50 % d'ici 2014.

De quoi améliorer les dividendes distribués aux actionnaires dès l'an prochain, voire racheter des actions. BP envisage ces deux options car l'intention du groupe est « de générer du cash et de le distribuer à ses actionnaires », a promis Bob Dudley.

Porter les cessions d'actifs à 45 milliards de dollars

Le titre BP grimpait de 4 % en fin d'après-midi. A 415 pence, il reste loin de ses pics de plus de 600 pence d'avant le désastre du Golfe du Mexique. Prenant acte de ce discours optimiste, Evolution Securities voit le cours atteindre 771 pence. Plus prudent, Citigroup estime que l'objectif de cash-flow n'est pas si ambitieux qu'il y parait.

Pour mieux poursuivre sa stratégie de recentrage, Bob Dudley a annoncé que le programme de cessions d'actifs enclenché l'an dernier allait être porté de 30 à 45 milliards de dollars. Plus de 25 milliards ont déjà été engrangés par le groupe, qui pèse 130 milliards en Bourse. BP veut doubler son budget d'exploration à terme.

Toutes les incertitudes sont loin d'être levées. Les ambitions avortées en Russie font l'objet dans ce pays de demandes de réparation. Des contentieux dans le Golfe du Mexique subsistent.

Cela dit, BP vient de recevoir deux nouvelles encourageantes. Il a trouvé un accord à l'amiable avec Anadarko, un de ses partenaires, qui a accepté de lui verser 4 milliards de dollars. Le groupe, qui a mis de côté 41 milliards pour réparer les dégâts, pourrait payer moins que prévu.

Par ailleurs, ses plans d'exploration dans la zone affectée par la marée noire ont reçu un feu vert important des régulateurs américains. Les efforts pour se racheter une réputation semblent payer aux Etats-Unis.

TNK-BP : pas de plainte contre le britannique

TNK-BP ne se retournera finalement pas contre BP. Le conseil d'administration de la coenteprise russo-britannique a décidé ce mardi de ne pas se joindre aux poursuites lancées par l'un de ses actionnaires minoritaires.

Ces poursuites ont été lancées par Andreï Prokhorov, proprétaire de 0.0000106 % de TNK-BP . Il reproche à BP son projet d'alliance avortée avec le russe Rosneft pour exploiter l'Arctique, sans avoir prévenu TNK-BP.

Face à Andreï Prokhorov, qui réclame 9,5 milliards d'euros, BP a déjà gagné son appel contre la décision de justice d'autoriser la recherche de documents dans ses bureaux à Moscou. Le pétrolier est par contre toujours poursuivi par AAR, son partenaire dans TNK-BP. AAR avait réussi faire bloquer le projet d'alliance avec Rosneft.

 

Un article de NICOLAS MADELAINE, publié par lesechos.fr

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : NICOLAS MADELAINE

Source : www.lesechos.fr