Le niveau des océans pourrait s'élever de 7 à 82 cm d'ici 2100 - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 27/07/2009 à 22h54 par Jacques.


LE NIVEAU DES OCÉANS POURRAIT S'ÉLEVER DE 7 À 82 CM D'ICI 2100

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le niveau des océans pourrait s'élever de 7 à 82 cm d'ici 2100

Le niveau des océans pourrait s'élever de 7 à 82 cm, d'ici 2100, à cause du réchauffement climatique, selon une étude publiée, dimanche 26 juillet, qui confirme globalement la fourchette de prévisions du groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). Les océans ne devraient donc pas voir leur niveau augmenter de plusieurs mètres d'ici 2100, comme certains scientifiques l'avaient craint, selon la nouvelle étude paraissant dans la revue scientifique Nature Geoscience.

Des inondations plus fréquentes sont cependant à redouter dans certaines régions du monde, notamment les deltas, selon Mark Siddall, de l'université britannique de Bristol, qui a dirigé ces travaux. "Une hausse de 50 cm serait très dangereuse pour le Bangladesh, et pour toutes les régions situées à basse altitude. Et 50 cm, c'est une moyenne, localement, la hausse pourrait atteindre un mètre, voire plus", met-il en garde.

"L'IMPACT SUR LE NIVEAU DES MERS DU RÉCHAUFFEMENT SE POURSUIVRA PENDANT DE NOMBREUX SIÈCLES"

Dans un rapport publié en 2007, les experts du GIEC avaient prédit une augmentation du niveau des océans de 18 à 59 cm, voire jusqu'à 76 cm si l'on tient compte de la fonte des glaciers et banquises, selon des scénarios prévoyant une hausse des températures de 1,1 à 6,4 degrés d'ici 2100. Le réchauffement de l'eau de mer suffit à augmenter son volume, même sans inclure la fonte des glaces dont le seul impact, sur la hausse du niveau des océans, a été estimé à 17 cm par les experts du GIEC.

L'équipe de Mark Siddall s'est servi de données fournies par les coraux fossiles et les carottes de glace (échantillon retiré des calottes glaciaires) pour modéliser l'évolution du niveau des mers au cours des 22 000 dernières années. Les chercheurs aboutissent à des résultats similaires à ceux du GIEC, tout en utilisant une approche différente, "ce qui renforce la confiance avec laquelle on peut interpréter les résultats du GIEC", souligne le Dr Siddall. "Notre modèle indique que l'impact sur le niveau des mers du réchauffement au XXe siècle se poursuivra pendant de nombreux siècles à l'avenir. Et constituera par conséquent une importante composante du changement climatique", conclut-il.