Le monde dans lequel nous vivons : Galaxie de Barnard ou NGC 6822 - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 18/10/2009 à 15h41 par Michel WALTER.


LE MONDE DANS LEQUEL NOUS VIVONS : GALAXIE DE BARNARD OU NGC 6822

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le monde dans lequel nous vivons : Galaxie de Barnard ou NGC 6822

Photo recueillie par Michel

Le groupe local de galaxies est bien sur dominé par celles d'Andromède, la nôtre la Voie Lactée, et la galaxie du Triangle. Mais les galaxies naines sont bien plus nombreuses.

A l'occasion de la publication de ce cliché réalisé par l'instrument Wide Field Imager installé au foyer du télescope MPG de 2,2 mètres sur le site de l'ESO à La Silla au Chili, nous découvrons une de ces galaxies naines proches de nous.

La galaxie de Barnard ou NGC 6822 est située à environ 1,6 millions d'années lumière dans la Constellation du Sagittaire. Elle doit son nom à la mémoire de l'astronome américain Edward Emerson Barnard, qui le premier l'a étudiée en 1884. Si elle ne développe pas de magnifiques bras spiraux, comme ses grandes soeurs, elle est le siège d'une importante activité de création stellaire. Sur le cliché ces zones apparaissent rougeâtres. Les jeunes étoiles brillent de mille feux et leurs ondes chauffent les nuages de gaz voisins. Ainsi tout particulièrement dans le coin supérieur gauche sur ce cliché, de magnifiques bulles sont formées par des groupes d'étoiles massives nouvellement nées, leurs souffles se brisent sur leur environnement créant ces extraordinaires ondes de choc géantes.

La galaxie de Barnard ne possède qu'un dixième du diamètre de la Voie Lactée. Au lieu des 400 milliards d'étoiles (dernière estimation) de notre galaxie elle ne contient environ que dix millions d'étoiles. Ces galaxies naines de formes irrégulières témoignent de l'interaction des galaxies dans un groupe local. La forme et la faible densité des étoiles laisse à penser que la galaxie de Barnard et ses consoeurs ont laissé bien des plumes à frôler de trop près leurs compagnes géantes où qu'elles sont le reliquat de rencontres passées entre les géantes.

L'interaction des galaxies a pour contrepartie la création de très nombreuses étoiles dans les nuages de gaz et de poussières qui s'effondrent sur eux-même sous une telle agitation gravitationnelle.

Source : ESO

Photo plan très large