Le méthane piégé sous l'Arctique est supérieur au carbone contenu dans les gisements de charbon - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 02/08/2009 à 02h38 par Phil.


LE MÉTHANE PIÉGÉ SOUS L'ARCTIQUE EST SUPÉRIEUR AU CARBONE CONTENU DANS LES GISEMENTS DE CHARBON

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Le méthane piégé sous l'Arctique est supérieur au carbone contenu dans les gisements de charbon

Information sélectionnée par Phil'

Pourquoi diantre se préoccuper du méthane, tout d'abord ?

Bien que "on" se focalise souvent sur le seul CO2 quand "on" parle de gaz à effet de serre, il n'en reste pas moins que le CO2 n'est pas le seul de ces gaz à être mis dans l'atmosphère par l'homme : environ un tiers de nos émissions se compose d'autre chose, et dans cet "autre chose" une bonne moitié est due au méthane. Lire la suite (voir les tableaux et graphiques).

Climat : la bombe à retardement du méthane est enclenchée

The Independent a pris connaissance d'une partie des premiers résultats obtenus, qui suggèrent que le gaz méthane contenu dans d'énormes gisements sous-marins en Arctique s'échappe vers la surface en raison du réchauffement et de la disparition des glaces.

Le comportement de ces réserves souterraines de méthane revêt une importance majeure car les scientifiques pensent que leur libération subite dans l'atmosphère a provoqué par le passé une augmentation rapide de la température terrestre, entraînant des bouleversements du climat et même une extinction massive d'espèces.

Les scientifiques embarqués à bord d'un bateau scientifique qui a navigué sur toutes les côtes nord de la Russie ont découvert des concentrations intenses de méthane - allant parfois jusqu'à 100 fois les niveaux habituels - sur plusieurs zones, couvrant des milliers de kilomètres carrés sur le plateau continental sibérien.

Durant ces derniers jours, les chercheurs ont observé des zones où la mer bouillonnait sous l'effet des bulles de gaz remontant des « cheminées de méthane » émergeant dans les fonds marins.

Ils estiment que la couche de pergélisol sous-marin qui agissait comme un « couvercle », empêchant le gaz d'être libéré, a fondu par endroits et permet au méthane de s'échapper des dépôts qui s'étaient formés avant le dernier âge glaciaire.

Les chercheurs mettent garde sur le fait que ce phénomène pourrait être lié au réchauffement rapide qu'a connu la région au cours des dernières années.

Le méthane est un gaz dont l'effet de serre est environ 20 fois plus puissant que le dioxyde de carbone et de nombreux scientifiques craignent que sa libération pourrait accélérer le réchauffement de la planète par le biais d'un gigantesque processus de rétroaction dans lequel le méthane répandu dans l'atmosphère provoquerait une élévation des températures, ce qui aggraverait la fonte du pergélisol et libérerait encore plus de gaz.

On estime que la quantité de méthane piégée sous l'Arctique est supérieure à la quantité totale de carbone contenue dans des réserves mondiales de charbon.

Il est donc de toute première importance que ces réservoirs restent stables au moment où cette région se réchauffe à un rythme plus rapide que d'autres parties de la terre.

Orjan Gustafsson, l'un des responsables de l'expédition, décrit l'ampleur des émissions de méthane observées dans un émail envoyé depuis le navire scientifique russe Smirnitskyi Jacob.

« Nous avons travaillé fiévreusement pour terminer le programme de prélèvement d'échantillons hier et la nuit dernière », écrit le Dr Gustafsson.

« Une vaste zone d'intense libération de méthane a été découverte. Sur les précédents sites nous avions observé de fortes concentrations de méthane dissous. Hier, pour la première fois, nous avons observé une zone où la libération est si intense que le méthane n'a pas eu le temps de se dissoudre dans l'eau de mer, mais arrive sous forme de bulles de méthane à la surface. Ces « cheminées de méthane » ont été observées sur échosondeur et avec les [instruments] sismiques. »

À certains endroits, les concentrations de méthane atteignaient 100 fois les niveaux habituels.

Ces anomalies ont été constatées dans la mer de Sibérie orientale et la mer de Laptev.

Elles portent sur plusieurs dizaines de milliers de kilomètres carrés, et totalisent des millions de tonnes de méthane, a déclaré le Dr Gustafsson.

« Cela pourrait être du même ordre de grandeur que ce que l'on estime actuellement pour l'ensemble des océans. » indique-t-il.

« Personne ne sait combien d'autres zones existent sur le grand plateau continental de la Sibérie orientale.»

« L'hypothèse habituelle était que le « couvercle » de pergélisol sur les sédiments sous-marins du plateau continental Sibérien pouvait retenir ces énormes gisements de méthane. L'augmentation des observations de libération de méthane dans cette région inaccessible peut donnent à penser que le pergélisol, le couvercle, commence à être perforé et laisse donc fuir le méthane.»

Pour lire la suite de cet article, cliquez sur "Lien utile" ci-dessous.

Lien utile