Le mérou communique avec des signes - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 23/04/2013 à 17h55 par mich.


LE MÉROU COMMUNIQUE AVEC DES SIGNES

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le mérou communique avec des signes

 

À l'instar des grands singes, le mérou utilise des postures spéciales pour communiquer. Il peut ainsi indiquer l'emplacement d'une proie à d'autres poissons, compagnons de chasse !

COLLABORATION. Lorsqu'un mérou part à la chasse, il ne le fait pas seul. Autour de lui on trouve fréquemment des pieuvres, des murènes ou des napoléons. Entre ses animaux, une sorte de collaboration s'est établie pour aller débusquer les proies.


Quand il a trouvé une proie, le mérou se met à la verticale, tête en bas !

Incapable de se faufiler dans certaines anfractuosités des rochers coralliens, le mérou appelle à la rescousse quand une proie s'y cache. Dès qu'il repère un repas potentiel, notre chasseur se dresse à la verticale de la cachette, la tête en bas. C'est la première fois qu'une telle attitude est formellement identifiée chez les poissons affirment les chercheurs de l'université de Neuchâtel.

SINGES ET CORBEAUX. Ils ont observé ce comportement sur des récifs coralliens en Egypte et Australie. En revanche, ils notent que si les complices du mérou sont capables de comprendre son geste indicateur, ils ne savent pas en produire eux-mêmes. « L'existence de posture ou de gestes indicateurs dans le monde animal n'a été jusqu'à ce jour identifiée que chez certains grands singes et des corbeaux », commente Redouan Bshary principal auteur d'une étude publiée dans Nature Communications.

Cette étude apporte des arguments significatifs pour une meilleure compréhension des processus de coopération entre espèces différentes, le domaine de recherche du professeur de l'université de Neuchâtel. De tels comportements chez des poissons montrent que des capacités de communication au sein d'une communauté comprenant plusieurs espèces peuvent être développées chez des organismes vivants assez simples.

 

Un article de Joël Ignasse, publié par sciencesetavenir.nouvelobs.com et relayé par SOS-planete

 

Ce post vous est transmis grâce au dispositif mis en place par l'équipe bénévole des lanceurs d'alerte de SOS-planete

 

N'acceptez pas le crime organisé ! Rejoignez la Force ! Apportez votre petite pierre à une évolution joyeuse, compatible avec la Vraie Vie...

 

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 





Auteur : Joël Ignasse

Source : sciencesetavenir.nouvelobs.com