Le marché de l'eau a besoin de gros investissements - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 23/09/2009 à 22h01 par Jacques.


LE MARCHÉ DE L'EAU A BESOIN DE GROS INVESTISSEMENTS

  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le marché de l'eau a besoin de gros investissements

Information sélectionnée par Jacques

Le marché de l'eau sera le thème de la troisième conférence d'Innov'Eco, le rendez-vous des professionnels des cleantech d'Ile-de-France dont GreenUnivers est partenaire fondateur, ce jeudi 24 septembre à la Cité de l'architecture et du patrimoine, à Paris. A la veille de cette rencontre, nous vous proposons un gros plan sur ce marché : les besoins, les invetissements nécessaires, les acteurs en place.

L'eau, une ressource en péril

Comment éviter une crise mondiale de l'eau ? A Davos en janvier dernier, lors du World Economic Forum, le sujet a éclipsé pendant quelques heures la crise financière. Economistes, investisseurs, chefs d'entreprises et responsables politiques de tous les pays ont planché sur la ressource en eau, un enjeu vital à leurs yeux pour l'avenir de la planète.

Car si l'eau occupe 70% de la surface de la terre, elle manque cruellement, 97,5% étant de l'eau salée. Et les réserves sont très inégalement réparties puisque neuf Etats en concentrent 60%. Dans de nombreux pays en développement, la situation est catastrophique : plus de 3 millions de personnes meurent chaque année de maladies liées à l'eau.

2,8 milliards d'habitants, soit 44% de la population mondiale, vivent dans des zones souffrant de stress hydrique, selon l'OCDE. Et ce chiffre pourrait atteindre 3,9 milliards en 2030 sous l'effet du réchauffement climatique. Les glaciers de l'Himalaya et du Tibet, par exemple, approvisionnent en eau 2 milliards de personnes. Or au rythme actuel, ils pourraient avoir disparu à la fin du XXIème siècle ! Des rivières majeures ont déjà atteint des seuils critiques : le Colorado, le Gange, le Jourdain, le Nil...

L'agriculture est souvent montrée du doigt car elle est la principale utilisatrice de l'eau : elle capte 70% de la ressource. Mais l'urbanisation croissante et l'industrialisation nécessitent aussi une consommation de plus en plus soutenue. En Asie, selon le rapport du World Economic Forum, la demande en eau va bondir de 65% pour l'industrie d'ici à 2030, de 30% pour les usages domestiques (urbanisation) alors qu'elle augmentera de seulement 5% pour l'agriculture. Ce qui risque de provoquer de graves tensions.

D'autant que les villes des pays émergents sont encore très insuffisamment équipées en infrastructures : en Chine, par exemple, 60% des 669 grandes cités souffrent de pénuries d'eau et près de la moitié ne disposent pas de systèmes d'assainissement efficaces.

Dans les pays industrialisés, la situation est beaucoup moins dramatique mais elle est néanmoins fragile. Et les conséquences du réchauffement climatique pourraient vite devenir inquiétantes. Déjà, en 2007, la sécheresse a coûté 1 point de croissance du PIB à l'Australie...
Des investissements massifs nécessaires

Pour accroître les réserves et économiser l'eau, les solutions existent mais elles nécessitent des investissements massifs des acteurs publics et privés. Selon l'OCDE, un investissement de 10 milliards de dollars par an serait nécessaire pour réduire de moitié le nombre de personnes privées d'accès à l'eau dans les pays en développement. Cela générerait un bénéfice économique de 38 milliards par an grâce, entre autre, aux coûts évités.

Depuis quelques années, le dessalement de l'eau de mer est expérimenté dans plusieurs pays, notamment au Moyen-Orient. Environ 0,05 km3 d'eau dessalée, dont 15% issus d'eau saumâtre (avec une forte concentration en sel), sont produits chaque jour dans le monde, selon un rapport de l'association Entreprises pour l'Environnement.

Cette production représente 0,45% de la consommation mondiale journalière d'eau douce, mais croît au rythme de 10% par an. Et des usines de dessalement d'une capacité de production de 0,001 km3 par jour sont en projet. Mais le dessalement a des inconvénients : des conséquences environnementales négatives (rejets de saumure, effluents chimiques...), des besoins énergétiques importants (et donc un impact climatique, les usines étant essentiellement alimentées par des énergies fossiles) et un prix de vente élevé de l'eau produite.

Le recyclage des eaux usées a l'avantage d'être beaucoup moins cher. D'ici à 2015, les capacités mondiales de recyclage des eaux devraient plus que doubler pour passer à 20 km3 par an, contre 7,1 aujourd'hui d'après Entreprises pour l'Environnement. De nombreuses recherches sont en cours dans ce domaine, notamment pour rendre l'eau issue des stations d'épuration potable et utilisable à des fins alimentaires.

Autre solution économique, la récupération des eaux de pluie. Elle est encore peu développée sauf dans les pays secs, pourtant elle nécessite des investissements réduits et l'eau récupérée est gratuite......

Pour lire la suite, cliquez sur "lien utile"