Le maïs transgénique MON810 reste interdit en France - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/01/2012 à 23h34 par Jacques.


LE MAÏS TRANSGÉNIQUE MON810 RESTE INTERDIT EN FRANCE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre

 

La culture du maïs transgénique Monsanto 810 restera interdite en France en 2012, malgré la décision du Conseil d'Etat d'annuler la clause de sauvegarde prise en 2008 à son encontre, annoncent, vendredi 13 janvier, les ministères de l'écologie et de l'agriculture français.

Les cabinets des ministres Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Le Maire ont fait part de cette décision aux représentants de la Confédération paysanne, de l'Union nationale des apiculteurs français et de la Fédération française des apiculteurs professionnels, qu'ils ont reçus vendredi.

FAUTE DE PREUVE DE RISQUE

Le Conseil d'Etat, plus haute juridiction administrative française, avait suspendu le 28 novembre des arrêtés de 2007 et 2008 interdisant en France la commercialisation et la mise en culture des semences de maïs transgénique Monsanto 810, maïs autorisé par ailleurs dans plusieurs pays européens.

La juridiction relevait notamment que le ministre de l'agriculture n'avait pu "justifier de sa compétence" pour prendre les arrêtés, "faute d'avoir apporté la preuve de l'existence d'un niveau de risque particulièrement élevé pour la santé ou l'environnement".

A la suite de cette décision, le président Nicolas Sarkozy, invoquant la défense de la santé des consommateurs et des agriculteurs, avait déclaré que le gouvernement étudierait les modalités d'une prolongation du moratoire.

 

Un article du Monde

 

Lance-toi ! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage !

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

Merci de PARTAGER les meilleurs posts partout où vous le pouvez, réseaux sociaux et autres.

 





Auteur : Rédaction Le monde et Reuters

Source : www.lemonde.fr