Le maïs OGM résistant à la sécheresse, une arnaque ? - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 10/11/2010 à 21h46 par Jacques.


LE MAÏS OGM RÉSISTANT À LA SÉCHERESSE, UNE ARNAQUE ?

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre

Alors que Monsanto (en partenariat avec BASF, géant allemand de la chimie) a annoncé en début d'année 2010 la future commercialisation d'un nouveau maïs OGM résistant à la sécheresse, la faim dans le monde est-elle sur le point d'être vaincue, comme nous le font miroiter les multinationales des biotechnologies depuis plusieurs décennies ?

Ces OGM ont la particularité de stabiliser les rendements même en cas de sécheresse extrême, dixit Monsanto.

Une maïsiculture gourmande en eau

Il est vrai que, dans les régions tempérées et semi-arides, la culture du maïs malmène les ressources hydriques, ressources amenées à être de plus en plus irrégulièrement réparties dans un contexte de réchauffement climatique.

.../...

Pourtant, le maïs est la céréale la plus cultivée au monde devant le riz et le blé, et majoritairement en pays tempérés (Etats-Unis, Europe, Argentine...) où sa culture est le plus souvent irriguée : en France, sur les 3,2 millions d'hectares de maïs, près de 50 % sont irrigués, et cette proportion ne cesse d'augmenter ces dernières années.

A l'heure où les sécheresses se multiplient, ... l'heure est peut-être à la remise en cause de cette culture très gourmande en eau qu'est celle du maïs.

Monsanto sauveur de l'humanité ?

Mais heureusement pour les maïsiculteurs, Monsanto et BASF (en plus de leur fournir moult quantités de pesticides) viennent (enfin) « d'inventer » un maïs OGM résistant à la sécheresse.

Hourra ! Avec ce nouveau maïs, finies les restrictions d'eau dans les pays tempérés ainsi que les famines en Afrique. Un maïs résistant à la sécheresse, quelle bénédiction, surtout pour les pays pauvres !

Un serpent de mer bien utile

Redevenons sérieux : les géants des biotechnologies (Monsanto, BASF, Syngenta, Dupont, Dow, Bayer), fabricants de pesticides et d'OGM, sont tout sauf des philanthropes dont le but ultime est résoudre le problème de la faim dans le monde. .../...

Inaccessible financièrement aux paysans pauvres

Cette invention va-t-elle révolutionner pour autant le quotidien des paysans des pays pauvres ? Il y a fort à parier que non. .../...

Les rares qui se risqueront à s'endetter pour acquérir ces semences de maïs miracle seront totalement dépendants des multinationales occidentales, de leur politique de prix et surtout des produits (engrais, pesticides) qui – immanquablement – sont obligatoires à la production de ce maïs.

En effet, Monsanto et BASF ont inventé un "maïs résistant à la sécheresse" et non pas un "maïs résistant à la sécheresse et adapté à la situation locale (type de sols, ravageurs)".

Il est donc quasiment certain que ce maïs ne peut pas pousser sans sa dose de pesticides et d'engrais, que les paysans devront acheter à ces mêmes multinationales.

D'où une spirale de l'endettement pour les paysans pauvres qui n'ont alors guères d'autres échappatoires que l'exode rural (atterrissant dans les bidonvilles des grandes villes) ou le suicide, comme c'est le cas en Inde à cause du coton Bt (tiens, tiens...ce dernier ne serait-il pas produit par Monsanto ?).

Mais comment en-est-on arrivé là ? Le maïs n'était-il pas historiquement une plante plutôt résistante à la sécheresse, originaire du Mexique ?

Des décennies de sélection variétale pour en arriver à un ogre en eau

.../...

Une véritable arnaque

Résumons l'affaire : les bidouilleurs du vivant (les multinationales déjà citées de même que l'INRA) se sont donc démenés pendant 60 ans pour faire du maïs une plante extrêmement gourmande en eau.

Et aujourd'hui, au motif qu'elle consomme trop d'eau, et en prétendant d'ailleurs qu'elle en a toujours consommé autant, ils nous inventent et veulent nous vendre un monstre OGM (comment appeler autrement un maïs avec des gènes de bactéries ?!?) qui résoudra tous nos problèmes de sécheresse et sauvera les petits africains.

C'est l'arnaque du siècle !

D'autres solutions existent

Contrairement à ce que nous assènent les défenseurs des OGM, les solutions alternatives ne manquent pas. .../...

Ou peut-être préférons-nous préserver nos ressources en eau, diversifier nos cultures et défendre les petits paysans face aux multinationales de l'agrochimie et des biotechnologies ?

Concernant la faim dans le monde, les OGM ne sont-ils pas "une mauvaise réponse technique à un problème politique", sachant que, selon la FAO, nous sommes dès aujourd'hui capables de nourrir 7 milliards de terriens rien qu'avec l'agriculture biologique, "sous réserve d'une volonté politique forte" (relocalisations, modifications de nos habitudes alimentaires, arrêt du dumping agricole que sont les subventions de la PAC...) ?

Pour lire l'article en entier, cliquez sur "source"

Pour en savoir plus sur la situation planétaire
.
.

Devenez lanceur d'alertes





Auteur : Thomas Raso

Source : www.mediapart.fr