Le gouverneur du Moyen Oural A. Micharine va créer une bombe de thorium - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 06/07/2011 à 00h54 par Annie Kasperek.


LE GOUVERNEUR DU MOYEN OURAL A. MICHARINE VA CRÉER UNE BOMBE DE THORIUM

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le gouverneur du Moyen Oural A. Micharine va créer une bombe de thorium

 

Le chef de la région de Sverdlovsk Alexandre Micharine a l'intention d'organiser dans le Moyen Oural la production de métaux de terres rares. Les sables de monazite radioactif qui se trouvent depuis un demi-siècle à 200 kilomètres d'Ekaterinbourg serviront de matières premières à la nouvelle usine.

Les experts sont sceptiques quant à l'entreprise du gouverneur : ce projet ambitieux et coûteux ne promet pas une forte rentabilité, mais par contre, il promet un nombre important de problèmes en ce qui concerne le retraitement des matériaux radioactifs, particulièrement dangereux.

Comme les écologistes l'ont indiqué au correspondant de "RusBusinessNews", les autorités, se servant de la hausse des prix des métaux de terres rares, veulent en tirer le plus possible de profit, pour ensuite empêcher l'herbe de pousser.

L'idée de construire une usine de traitement de concentré de monazite dans la ville de Krasnooufimsk à l'Ouest de la région de Sverdlovsk existe depuis déjà plus de dix ans. En 1996, les sables radioactifs apportés à l'époque de la fièvre nucléaire, sont devenus propriété de la région. Les pouvoirs publics ont commencé à réfléchir à la façon dont il pourraient s'en servir.

Les hangars en bois dans lesquels était conservé ce "cadeau" mortellement dangereux, se sont fortement délabrés et la poussière radioactive a commencé à se diffuser dans l'atmosphère. Peu de solutions à ce problème ont été énoncées, affirme l'écologiste Vassily Khatchine.

On aurait pu vendre ces sables (les étrangers proposaient beaucoup d'argent pour le monazite), les transporter dans une carrière dans la région de Rezhevsky, ou encore les enfouir sous une couche de béton.

D'après V. Khatchine, après d'interminables discussions entre le gouverneur Edouard Rossel et le Ministère fédéral des ressources naturelles, aucune solution au problème n'a finalement été trouvée. Les autorités n'ont eu ni assez de volonté, ni assez d'argent pour mettre en oeuvre l'une ou l'autre des solutions proposées.

Cependant au sein du Ministère de l'énergie atomique russe est né le projet d'extraire des éléments rares à partir sables de monazites.

En 1999, après la réalisation d'une série d'études en laboratoire, SA "l'usine mécanique de Tchepetsky" a réalisé le traitement-pilote de cinq tonnes de sable radioactif. Les résultats se sont avérés décevants : seuls 20% d'éléments rares ont été extraits, et le prix d'un kilogramme de carbonate s'élevait à 5,4 dollars (la Chine proposait à cette époque-là 2 dollars le kilogramme). De plus, dans les locaux de travail le niveau des rayons gamma s'est avéré près de 9 fois au-dessus des normes, raison pour laquelle l'usine de Tchepetsky a refusé de participer au projet.

Les experts du Ministère de l'énergie atomique ont cependant considéré ces expériences comme réussies, accusant leurs auteurs d'avoir mal rédigé leur rapport final et de n'avoir pas su utiliser correctement les procédés technologiques.

En 2001, le Ministre russe de l'énergie atomique, Alexandre Roumyantsev, a décidé d'octroyer des investissements financiers dans le traitement du concentré de monazite. Les investissements initiaux dans le projet ont été estimés à 23 millions de dollars. Les experts avaient calculé que l'entreprise pourrait traiter 82 mille tonnes de concentré de monazite en 16 ans, garantissant 462 millions de dollars de bénéfices.

Il a été décidé de construire l'usine non loin des réserves de monazite pour limiter les dépenses en acheminement du sable radioactif : d'après les données des atomistes, la fabrication de containers spéciaux pour le transport aurait coûté 10 millions de dollars. Cette décision eu également un impact sur l'implantation des entreprises du Ministère de l'énergie atomique dans la région de Sverdlovsk, en charge de la séparation des éléments de terres rares et de la production à partir de ces derniers d'aimants de haute énergie utilisés dans l'électronique, l'industrie automobile et les sources d'énergie non traditionnelles.

Le projet du Ministère de l'énergie atomique a aussi été longuement discuté, mais en vain. Le Chef du bureau d'études de l'Institut de recherche et d'études de la technique énérgetique (NIKIET) Vladimir Smetannikov s'est plaint que les Russes ne sachent pas travailler vite, raison pour laquelle ils ont laissé passer le bon moment.

Selon lui, le traitement des sables de monazite constitue le seul projet d'avenir qui pourrait permettre de replacer la Russie au sein des leaders mondiaux dans la sphère des hautes technologies.

D'après l'expert, aujourd'hui la chance sourit de nouveau aux Russes : la Chine qui monopolise le marché des métaux de terres rares, a commencé en 2010 à intensifier ses réserves stratégiques de ces matières premières ce qui a provoqué une hausse extraordinaire des prix. Par exemple, l'oxyde de néodyme, qui coûtait 35 dollars le kg en 2007, est aujourd'hui vendu à 400 dollars le kilo. Or, la Russie comporte 22 % des réserves mondiales de matières premières pour la production d'éléments de "terres rares".

Cette conjoncture favorable a incité les fonctionnaires russes à s'atteler à la rédaction du programme-cible fédéral relatif au "développement de la production rare et des métaux de terres rares pour 2012-2015 et ses perspectives jusqu'en 2020". Remplaçant Edouard Rossel au poste de gouverneur, Alexandre Micharine a demandé aux législateurs d'y insérer le projet de traitement du concentré de monazite. Naturellement, ses intentions étaient guidées par des considérations exclusivement commerciales: le montant de la production que l'on peut obtenir des sables de Krasnoufinsk se monterait entre 5 et 7 milliards de dollars en 2011.

(...) Les livraisons à l'exportation comportent une part de risque : la Chine peut à nouveau laisser chuter ses prix sur les "terres rares", comme elle l'a fait dans les années 90 ce qui a en réalité ruiné tous les producteurs du monde. A priori, le produit russe ne sera pas compétitif, puisque le Combinat d'enrichissement minier de Lovozersky, principal fournisseur de matières premières pour la production de métaux de terres rares, extrait la liparite à 1000 mètres de profondeur, et que le travail avec des monazites radioactifs nécessite des dépenses très importantes pour assurer la sécurité.

Le problème principal réside dans le fait qu'une fois les éléments de terres rares extraits il reste du thorium dont la conservation nécessite de fabriquer des containers spéciaux, comme pour le transport du sable de monazite. En outre, une telle production risque de faire augmenter significativement la pollution sur le territoire.
 

Pour lire la totalité de cet article de Vladimir Terletsky, publié par Rus Business News, cliquer sur Source ou Lien utile

 

Le site étrange qui dérange même les anges !

 

........

 

 





Auteur : Vladimir Terletsky

Source : fr.rusbiznews.com