Le gouvernement muscle son dispositif sécuritaire - L'atelier

Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/02/2010 à 16h12 par Jacques.


LE GOUVERNEMENT MUSCLE SON DISPOSITIF SÉCURITAIRE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le gouvernement muscle son dispositif sécuritaire

L'Assemblée nationale va examiner, à partir de mardi 9 février, un étrange objet, dont le nom est aussi obscur que l'architecture.

Le "projet de loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure" (Loppsi) est une sorte de boîte pleine de tiroirs qui touchent au code pénal, au code de la route, de la défense, du sport, des étrangers et règle, en passant, les problèmes d'inhumation en Nouvelle-Calédonie et dans les Terres arctiques.

Ce bel effort nuit un peu à la cohérence du texte. Même Eric Ciotti, le rapporteur UMP de la commission des lois, reconnaissait, en septembre 2009, que "ce que l'on peut reprocher à cette Loppsi2, par rapport à sa grande soeur défendue par Nicolas Sarkozy en 2002 quand il était ministre de l'intérieur, c'est un manque de stratégie, de fil conducteur pour lutter contre l'insécurité".

Michèle Alliot-Marie, alors ministre de l'intérieur, a bouclé le texte en octobre 2007, mais ne l'a présenté en conseil des ministres que le 27 mai 2009; la Loppsi couvre la période 2009-2013, qui est un peu entamée – "il a ainsi pu mûrir" a déclaré sans rire, le 27janvier, Jacques-Alain Bénisti (UMP, Val-de-Marne). Brice Hortefeux, le ministre de l'intérieur, avait promis de "bodybuilder" le projet: il n'a en fait ajouté que treize amendements. La commission des lois de l'Assemblée, il est vrai en service commandé, a été plus loin.

Sur le fond, le ministre s'est fixé trois objectifs: "Tenir le cap défini en 2002, puisque la politique fixée à cette époque réussit; améliorer la sécurité quotidienne des Français; maintenir le niveau et la qualité du service rendu par les forces de sécurité intérieure."

Extension des pouvoirs des policiers municipaux.

Une large place est faite aux polices municipales, dont les directeurs pour les grandes villes auront la qualité d'agent de police judiciaire, ce qui leur permettra de constater "tout crime, délit ou contravention" et même de procéder à des contrôles d'identité, sous l'autorité d'un officier de police judiciaire.

Un statut pour la sécurité privée.

Les entreprises de sécurité privée, qui interviennent selon le gouvernement "dans des domaines où certaines compétences peuvent être partagées, voire déléguées par l'Etat" bénéficieront désormais d'un agrément. Sauf dérogation, les anciens policiers et gendarmes ne pourront travailler dans la sécurité privée avant trois ans.

Généralisation de la vidéosurveillance.

Un maillage vidéo du territoire est programmé ; il s'agit de passer de 20 000 caméras aujourd'hui à 60 000 fin 2011. Un amendement du gouvernement impose le terme de "vidéoprotection" plutôt que vidéosurveillance, car "le terme de surveillance peut laisser penser à nos concitoyens, à tort, que ces systèmes pourraient porter atteinte à certains aspects de la vie privée".

Pour éviter les abus, une "Commission nationale de vidéoprotection" est créée. Elle est directement rattachée au ministère de l'intérieur et non pas à la Commission nationale informatique et libertés (CNIL), dont c'est pourtant la vocation. Les personnes morales, et donc les entreprises, auront désormais le droit d'installer des caméras dans la rue, plus seulement si elles sont exposées à des risques terroristes, mais "à des risques d'agression ou de vol". Les salariés de ces entreprises n'auront pas accès aux images.

Contrôle des ordinateurs.

La police pourra espionner à distance les écrans d'ordinateur, sous le seul contrôle du juge d'instruction (par ailleurs en voie de disparition).../...

Interconnexion de fichiers.

.../...

Vidéoconférence pour la rétention.

.../...

Instauration d'un couvre-feu pour les mineurs.

.../...

Mesures diverses contre la délinquance.

Pour lire l'article en entier, cliquez sur "lien utile"

Source : le monde.fr

Info sélectionnée par Jacques

République, démocratie, liberté, égalité, fraternité...Ces mots ont-ils encore un sens ?

L'aseptisation de la société est en marche. La science et les techniques auraient-elles plus de valeur que l'homme réduit à un simple objet manipulable à merci ?

Cela devient une évidence lorsqu'on voit des mesures d'un autre temps en voie d'être appliquées dans notre pays.

Et tout cela se passe sans que personne ne réagisse.

Mais où sont passés les intellectuels, les philosophes, les grandes gueules d'antan ? Ont-ils tous été anesthésiés ?

Mais où est donc passée l'opposition ? C'est terrible, c'est grave quand il n'y a plus de contre-pouvoir ! La face la plus sombre de l'humain peut alors s'exprimer sans retenue.

On entendrait voler une mouche ! Peut-être celle qu'on veut tuer avec un bazooka ? Mais souvenons-nous du dernier tsunami, juste avant, la mer était calme, très calme....

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........