Le gouvernement chinois fait la cour aux OGM - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 09/03/2011 à 09h30 par Tanka.


LE GOUVERNEMENT CHINOIS FAIT LA COUR AUX OGM

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Le gouvernement chinois fait la cour aux OGM

 
Les médias n'ayant pas été nombreux à la commenter ni même à la relayer, l'information n'a pas fait florès. Elle est pourtant capitale, et pas seulement parce qu'elle concerne le pays le plus peuplé du monde.

Elle l'est avant tout parce qu'elle trait à la santé publique et au principe de précaution, incontournable et même de rigueur sur le Vieux Continent. « L'usage », toutefois, n'est pas le même partout, et le lobbying appuyé des autorités chinoises en faveur du riz génétiquement modifié en est une énième preuve éclatante.

Il inquiète déjà certains gouvernements et les associations écologistes, lesquelles, par principe et/ou par conviction, sont opposées à l'introduction d'OGM dans les cultures. Il serait aussi inconcevable dans nos contrées, eu égard aux rapports contradictoires de commissions expertes et autres laboratoires indépendants qui s'accumulent depuis plus d'une décennie – et échouent toujours à faire rentrer dans le rang les « pros » ou « anti ».

Les « bovéistes » au courant redoutent, à terme, un cataclysme sanitaire au sein d'une superpuissance peu coutumière des moratoires, de dramatiques dommages collatéraux sur les écosystèmes et peut-être, pour certains, que cette drague ouverte amène d'autres hauts placés à finalement abonder dans le sens de la science.

Si nous n'en sommes pas encore là, il est en revanche une question qui se doit d'être posée dès maintenant : alors que seulement 7 % de sa superficie sont acquis à l'agriculture et que l'urbanisation tend à faire baisser cette proportion, l'Empire du Milieu sera-t-il encore longtemps en mesure de nourrir l'essentiel de ses habitants ?

La communauté scientifique sur le qui-vive

Pour l'heure, il doit quoi qu'il en soit faire face à la fois à une diminution des terres agricoles et à un accroissement de sa population. La conjoncture est donc défavorable à la céréale de base de l'alimentation chinoise, susceptible de devenir une denrée rare dans les années à venir.

Parce que la donne diffère selon qu'on soit établi en Picardie ou dans le Sichuan, la potentialité du risque est par ailleurs perçue autrement et le pouvoir central est moins suspicieux à l'égard de la génétique, dont il semble désormais penser qu'elle pourrait être LA solution aux difficultés de sustentation qui se profilent (NDLR : Aux dires du professeur Huang Dafang, dont les vues ont été rapportées par nos confrères de MaxiSciences, le recours au riz génétique – qu'il estime en outre plus résistant aux nuisibles – pourrait aussi permettre de réduire significativement l'utilisation de pesticides).

Aussi entend-il développer cette méthode d'agriculture plus que jamais controversée dans les sociétés occidentales et a-t-il enjoint une centaine d'institutions scientifiques de faire avancer la recherche.

Des conclusions des spécialistes pourraient déboucher une nouvelle certitude gouvernementale et une petite révolution nutritive : l'apparition, fatalement sur tous les marchés et à grande échelle, d'un riz transgénique.
 

Nous aider

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!

 





Auteur : Guillaume Duhamel

Source : www.zegreenweb.com