Le Dr Scott Reuben qualifié par la presse américaine de “Dr Madoff de la pharmacie” - L'atelier

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 28/02/2010 à 14h58 par Jacques.


LE DR SCOTT REUBEN QUALIFIÉ PAR LA PRESSE AMÉRICAINE DE “DR MADOFF DE LA PHARMACIE”

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • Linked in
  • Tumblr
  • Google+  FaceBook   Twitter
  • LinkedIn  Tumblr
SOMMAIRE de Demain l'Homme - Accès aux derniers articles quotidiens du module principal WikiSurTerre
Le Dr Scott Reuben  qualifié par la presse américaine  de “Dr Madoff de la pharmacie”

Dans l'article ci-dessous, Sylvie Simon révèle la fraude aux conséquences dramatiques d'un ponte de la médecine. Ces pratiques sont monnaie courante. Souvenons nous entre autre de l'affaire du "traitement hormonal de la ménopause" - qualifiée brutalement de "maladie" - qui a causé des cancers du sein chez des milliers de femmes (depuis la mise en garde contre ce "traitement" et l'arrêt des prescriptions le nombre de cancers du sein chez les femmes ménopausées a diminué. Il est grand temps que les citoyens se ré-approprient leur santé collectivement. J. L.

Un cyclone a soufflé sur le monde scientifique et a fait ces derniers jours la Une de tous les journaux américains. Le Dr Scott Reuben, Professeur d'anesthésie au Baystate Medical Center de Springfield, ancien membre du bureau de la communication chez Pfizer, est au centre d'un scandale estimé la “plus grande fraude” dans l'histoire de la recherche médicale.

Considéré comme un chercheur incontournable dans le domaine de la douleur, le Dr Reuben était sur la sellette depuis plus d'un an car, dès mars 2009, la revueAnesthesiology News révélait que depuis 1996 il avait publié vingt-et-un articles scientifiques “bidon” qui décrivaient les bienfaits de certaines molécules miraculeuses et qui n'étaient qu'un tissu de statistiques fabriquées de toute pièce. Les patients supposés avoir testé certains médicaments n'ont jamais existé. Reuben a tout inventé et les revues scientifiques n'ont rien vu, mais, sur la foi de ces résultats frauduleux, des millions de personnes ont avalé des molécules bien réelles qui ont rapporté des sommes colossales aux compagnies qui les commercialisent, Pfizer, Merck ou Wyeth. Entre 2002 et 2007, Pfizer a octroyé cinq bourses de recherche à ce médecin qui était aussi un de ses intervenants attitrés pour faire des présentations rémunérées.

Ainsi, Reuben a touché 75 000 dollars de Pfizer pour “étudier” le Celebrex® qui est devenu un médicament vedette (blockbuster) grâce à ces mensonges qui lui ont prêté des qualités qu'il est loin de posséder, car il n'offre aucun avantage sur des drogues déjà existantes et bien meilleur marché. Cependant, en dépit des critiques, le porte-parole de Pfizer a déclaré que la compagnie n'avait pas l'intention de retirer le produit du marché, ce qui est compréhensible étant donné les énormes profits engendrés par ce médicament.

Déjà en décembre 2004, les responsables du National Cancer Institute aux États-Unis ont décidé d'arrêter les expériences qu'ils menaient sur les adénomes avec le Celebrex®, car ils avaient constaté que ce produit augmentait deux fois et demie les risques d'une attaque cardiaque chez les patients qui prenaient ce médicament en comparaison avec ceux qui prenaient un placebo.

.../...

D'après le journal Prescrire de septembre 2002, cet anti-inflammatoire exposerait au “risque d'aggravation d'une hypertension artérielle ou d'une insuffisance cardiaque”, mais, dix ans plus tard, il est toujours remboursé à 65 % par la Sécurité sociale.

À présent, Reuben, qualifié par la presse américaine de “Dr Madoff de la pharmacie” et qui a évidemment perdu son poste au Baystate Medical Center de Springfield, a signé un compromis qui l'oblige à rembourser 420 000 dollars aux laboratoires, mais il risque d'être condamné à 10 ans de prison suivis de 3 ans de liberté surveillée et à payer une amende de 250 000 dollars.

.../...

Il faut espérer que ces scandales feront réfléchir les consommateurs de médicaments qui comprendront enfin que les autorisations de mise sur le marché ne dépendent pas toujours d'études sérieuses et rigoureusement scientifiques, mais souvent de trafic d'influence.

Toutefois, nous sommes un peu responsables de l'arrogance de l'industrie du médicament étant donné le piédestal sur lequel nous l'avons placée, créant ainsi une classe d'élite à l'abri de toute contrainte, de toute suspicion et de toute condamnation. Nous avons naïvement pensé que leurs diplômes et leurs charges les mettaient à l'abri de comportements malhonnêtes, qu'ils étaient incapables de mentir, et que leur but principal était d'améliorer la vie d'autrui.

En outre, nombre de citoyens encaissent de confortables bénéfices boursiers grâce à cette industrie en plein essor et préfèrent ne pas savoir comment ces revenus sont générés. Il faut aussi espérer que le scandale de la grippe porcine et la mise en examen de l'OMS contribueront à faire tomber cette industrie et ses valets de leur piédestal et à leur supprimer des privilèges qui, en théorie, ont été abolis, il y a plus de deux cents ans.

Pour lire l'article en entier, cliquer sur "lien utile"

Source : .jacques-lacaze.over-blog.com

Info sélectionnée par Jacques

 

Pour en savoir plus sur la situation planétaire

 

........