Le développement de la nanotechnologie en Chine - #WikiSurTerre

Retour : Accueil

Cette actualité a été publiée le 14/02/2011 à 00h27 par Mich.


LE DÉVELOPPEMENT DE LA NANOTECHNOLOGIE EN CHINE

  • Google+
  • FaceBook
  • Twitter
  • LinkedIn
Le développement de la nanotechnologie en Chine

La nanotechnologie, très fortement soutenue par le gouvernement chinois ces dernières années, est devenue une science très à la mode dans le pays. La Chine possède actuellement plus de 350 universités, une trentaines d'instituts de recherche et plus de 400 entreprises qui sont engagées dans les R&D de la nanotechnologie.

Soutiens du gouvernement chinois dans le développement de la nanotechnologie>br> Début 2006, le Conseil des Affaires d'Etat chinois a lancé "le Programme du plan national à long terme sur le développement scientifique et technologique (2006-2020)". La nanotechnologie fait partie des axes majeurs de ce programme. Les objectifs du développement de la nanotechnologie sont principalement liés aux nanomatériaux et nano dispositifs.

Les projets importants de nanotechnologie portent sur la nanoélectronique, la nano biologie, le R&D de nouveaux matériaux fonctionnels et leur industrialisation...

Le gouvernement chinois porte une grande importance au développement des entreprises spécialisées dans la nanotechnologie et les projets de recherche dans ce secteur. Il a mis en place différents programmes tels que : "plan national de recherche", "plan 863", et "plan 973". La Chine a investi des fonds importants pour augmenter le niveau de R&D dans la nanotechnologie.

L'immense soutien porté par le gouvernement a fait de la nanotechnologie une science très à la mode dans le pays. Selon des statistiques, la Chine possède actuellement plus de 350 universités, une trentaines d'instituts de recherche et plus de 400 entreprises qui sont engagées dans les R&D de la nanotechnologie. Une équipe d'environ 26 000 chercheurs venant d'instituts, d'universités et d'entreprises travaillent dans la nanotechnologie en Chine.

Développement dans différentes régions chinoises

Deux centres de R&D en nanotechnologie ont été fondés avec différentes caractéristiques : l'un dans le nord, « Centre de R&D du Nord » et un deuxième dans le sud, « Centre de R&D du Sud ».

Le centre qui se situe dans le Nord est à Pékin et ses alentours. Il est composé de l'Académie Chinoise de Science (CAS), l'Université de Pékin, l'Université de Tsinghua, l'Académie de Matériels de Bâtiment de Pékin, Institut de recherche de fer et d'acier de la Chine, l'Université de la Technologie de Pékin, l'Université de la technologie chimique, l'Université Polytechnique de Pékin, l'Université de Tianjin, Université de Nankai, Université de Jilin, etc.

Le centre de R&D du Sud est situé à Shanghai et ses alentours. Il est composé de CAS, l'Institut de Physique et de Technique de Shanghai, l'Université de Shanghai Jiaotong, l'Université de Fudan, l'Université de Tongji, l'Université de la Technologie de l'Est de la Chine, USTC (Université de Science et Technologie de la Chine), l'Université de Zhejiang, l'Université de Nanjing, l'Université du Shandong et d'autres unités. En plus de ces deux centres, les villes de Xi'an, Lanzhou, Chengdu et Wuhan ont également assez bien avancé dans ce domaine.

Avec la répartition géographique, environ 80% des recherches dans la nanotechnologie se concentrent dans le Nord et l'Est de la Chine.

La force principale de la R&D dans la nano est concentrée dans les universités et le système de la CAS. Ces deux parties représentent 85% de la R & D dans la nanotechnologie en Chine. Il existe également des entreprises qui investissent dans la recherche et le développement. La plupart des chercheurs et ingénieurs de ces entreprises ont déjà étudié à l'étranger. Concernant la structure du personnel, la Chine possède actuellement 4500 chercheurs en nanotechnologie et nanomatériaux.

La structure par âge est assez raisonnable. Ils ont tous des bonnes formations universitaires, dont 70% ont des diplômes plus élevés que la maîtrise et 30 % ont des doctorats.

[...]

Opportunités pour des entreprises étrangères dans le marché chinois
Les équipements pour la recherche de nanotechnologie sont rarement fabriqués par des entreprises chinoises elles mêmes. Il existe seulement 4 entreprises qui sont capables de produire le microscope à force atomique (AFM). La plupart des matériaux scientifiques sont importés de l'étranger. Beaucoup de fabricants d'équipements mondiaux sont déjà présents en Chine, avec des succursales ou des agents commerciaux. Par exemple : Agilent, JPK, NT-MDT, TESCAN, Nanofocus, Asylum Research, Raith, Witec, Nanomonde, ZYGO, Nanonics, SUSS, Shimadzu, etc.

La Chine connaît une forte demande en instruments utilisés pour les analyses et les recherches dans les secteurs de nanomatériaux, nano biologique, et nano photonique, ainsi que des instruments d'essais des nano dispositifs (nano tubes de carbone, granulométrique, nano-lasers, microscopie à force atomique, faisceau focalisé d'ions, microscopie à sonde locale, microscopie à effet tunnel, nano impression, faisceau d'ions, lithographie par faisceau d'électrons, MEMS essais et équipement d'empaillage...). Il y a donc un fort potentiel pour les marques étrangères de pénétrer le marché chinois.

Dans les applications industrielles, les entreprises chinoises mécaniques souhaitent acheter plus d'équipements de mesure et de contrôle de haute précision. Egalement des machines de traitement de surface d'acier, de métal, de plastique et de textile.

Lien Source corrompu

Lance-toi! Deviens vite lanceur d'alerte. Rejoins ceux qui ont la rage!

Le site étrange qui dérange même les anges!





Auteur : Article fourni par M. Jim WANG, directeur de l'association China Nanotech Association/Propos recueillis par Justine Liu - CCIFC